Les couleurs arc-en-ciel sont mises en évidence sur et autour des terrains durant tout ce mois de mars.

Le week-end dernier, la Fédération belge de football, en collaboration avec la Pro League et les fédérations régionales, a lancé l’action "Football for All". Cette année, en plus des 24 clubs professionnels, pas moins de 375 clubs amateurs, soit deux fois plus d’équipes qu’en 2019, participent à l’action. Pour la première fois de leur histoire, l’URBSFA et ses deux ailes se battront contre la discrimination, non pas pendant une seule journée de championnat mais bien pendant tout le mois de mars, sur ainsi qu’en dehors des terrains de football. Cela ne concerne pas seulement le racisme et l’homophobie mais toutes les formes de discrimination.

"Avec la campagne Football for All, nous voulons souligner le pouvoir de la diversité dans le football sous toutes ses couleurs et ses formes. Les drapeaux de corner et les brassards des capitaines aux couleurs de l’arc-en-ciel se sont vendus comme des petits pains cette année. Les clubs de football veulent clairement s’attaquer à la discrimination", explique Antoine Rustin, manager au sein de l’association des clubs francophones de football.

Les capitaines des 400 équipes qui se sont engagées à lutter contre la discrimination porteront un brassard arc-en-ciel autour de leur bras tout au long du mois de mars. Et les arbitres de l’élite montreront également leur engagement dans la lutte contre les inégalités. Ils porteront en effet tous un pin’s aux couleurs de l’arc-en-ciel en mars. Enfin, le dimanche 22 mars, le Stade Roi Baudouin sera décoré aux couleurs arc-en-ciel lors de la finale de la Croky Cup.

"Avec Football for All, nous voulons mettre en avant toutes les actions contre le racisme, la discrimination et les chants blessants en Belgique. Après ces actions menées en mars, nous voulons, par ailleurs, insister sur l’importance de continuer à dénoncer toute forme de discrimination sur et en dehors des terrains. Les équipes peuvent le faire via une plainte officielle adressée à l’arbitre ou via la personne de contact de leur fédération. Nous pouvons ainsi déterminer la fréquence à laquelle les joueurs et joueuses sont victimes de discrimination et mettre ainsi en place des actions ciblées pour lutter efficacement contre celle-ci", explique Hedeli Sassi, coordinatrice au sein de l’URBSFA.

Outre les clubs et les arbitres, l’URBSFA et les fédérations régionales de football peuvent compter sur le soutien de cinq ambassadeurs cette année pour sensibiliser à la discrimination dans le football. Le plus connu d’entre eux est la Red Flame Kassandra Missipo. Celle-ci est accompagnée de l’arbitre Didier Digneffe dont l’homosexualité est connue, le Blind Devil Jean-Michel Bertinchamps, ainsi que Zuraya Bangura et Shanti Jones, deux joueuses âgées de 15 ans du club anversois des City Pirates.

"Les cinq ambassadeurs de Football for All donnent un visage humain aux différentes formes de discrimination que connaît notre football : chants racistes, homophobie et insultes à l’encontre des personnes handicapées et de la communauté LGBT. Chacun de nos cinq ambassadeurs a eu à faire face à des déclarations racistes ou discriminatoires sur un terrain de football dans le passé. Ils savent mieux que quiconque ce que des remarques négatives peuvent provoquer chez une personne", conclut Stefan Verheyen, manager chez Voetbal Vlaanderen. "Le football est un sport qui rassemble les gens. Quelle que soit votre origine, votre orientation sexuelle, la couleur de votre peau ou votre handicap, cela n’a pas d’importance."