Le buteur du Club Bruges ne joue pas à sa place

BRUGES Evincé, samedi, au profit de Chavez, Wesley Sonck a étalé son mal-être actuel quand Jacky Mathijssen l'a appelé au jeu, à dix minutes de la fin du match contre le Brussels : il n'a rien réussi de valable - pas davantage qu'à Mouscron la semaine précédente - et il a même vite été pris en grippe par une frange du public qui, il y a peu, l'acclamait encore chaleureusement.

Lundi soir, le Ninovite a évacué sa frustration dans l'émission Studio 1 néerlandophone : "On prétend, en interne, que je ne suis pas en forme. Ceux qui affirment cela ne me connaissent pas. Moi, je me sens bien. Le problème est lié à la position que j'occupe dans le jeu. J'évolue sur le flanc gauche et non pas dans ma position axiale de prédilection. J'ai le sentiment que je n'assume pas une fonction importante dans l'équipe."

Jacky Mathijssen avait expliqué de manière un peu sibylline l'éviction de Sonck, différente de celle qu'il lui avait infligée à Lokeren : "Un entraîneur ne doit pas seulement insuffler confiance à ses joueurs. Il doit aussi les protéger contre eux-mêmes."

L'ambiance, au Club, reste-t-elle vraiment sereine ?



© La Dernière Heure 2008