La menace terroriste était trop grande dans notre pays, le gouvernement a pris la décision (impopulaire) en fin de soirée lundi.

Il était passé 23h quand le gouvernement fédéral a pris la décision sur base d’une recommandation du centre de crise : le match entre la Belgique et l’Espagne prévu ce mardi soir au stade Roi Baudouin est annulé. Un choix fait après l’augmentation du niveau de la menace terroriste dans notre pays. Un niveau passé de deux à trois sur une échelle allant jusqu’à quatre.

La décision, prise à un peu plus de vingt heures du coup d’envoi, est lourde de conséquences au niveau sportif et financier pour la fédération belge de football mais elle était nécessaire selon des membres du gouvernement. Les lieux à forte concentration de population sont devenus des zones à risque trop importantes avec le passage au niveau trois.

S’ils disent ne pas avoir d’informations concrètes sur des plans d’attaques terroristes, les dirigeants belges craignaient un attentat durant la rencontre qui devait réunir près de 50.000 personnes ce mardi au Heysel. Abdeslam Salah, l’un des hommes derrière les attentats de Paris, n’ayant toujours pas été retrouvé, le gouvernement a préféré ne pas prendre de risque.

Après les terribles attentats de Paris survenus vendredi soir alors que les Diables affrontaient les Italiens, on a cru que les prochaines rencontres de la France, ce mardi en Angleterre, ou même de l’Allemagne, dont beaucoup de joueurs sont traumatisés par la situation, seraient annulées mais c’est finalement en Belgique que le couperet est tombé.

Pour rappel, deux terroristes avaient tenté d’entrer dans le Stade de France vendredi pendant le match entre la France et l’Allemagne en espérant se faire exploser dans une tribune bondée et en direct à la télévision. Les terroristes, munis de tickets valables, avaient heureusement pu être interceptés juste avant l’entrée du stade

Ces dernières heures, les joueurs et Marc Wilmots avaient répété qu’ils n’avaient pas peur de jouer ce match, même si Jan Vertonghen avait reconnu que "les attentats de Paris étaient dans les têtes".

Les premières réactions des supporters belges ont montré que la décision du gouvernement n’allait pas être très populaire. Beaucoup voient ça comme une victoire pour le terrorisme.

Du côté du gouvernement, on estime cependant que c’était le meilleur choix vu les risques encourus.

L’Union belge, elle, déplore que "le match soit annulé si tardivement" et "elle comprend la déception des supporters" mais "vu les circonstances exceptionnelles, la Fédération ne pouvait prendre aucun risque".

Les supporters qui avaient acheté un ticket pour la rencontre face à l’Espagne seront informés cette semaine quant à un remboursement ou échange.