S'il est retourné au pays depuis 2011, Ronaldinho n'a jamais cessé de briller sur les terrains de football. Récemment, il a complété son palmarès déjà très riche en remportant la Copa Libertadores avec l'Atletico Mineiro. Une victoire qui le replace dans le viseur de Luiz Felipe Scolari, en vue d'une sélection pour le Mondial 2014. Une compétition que le Brésilien ne raterait pour rien au monde.

Le magazine Playboy a profité de ce succès pour donner la parole à cet artiste qui fit les beaux jours du Barça entre 2003 et 2008. Une période faste pour le natif de Porto Alegre, qui a notamment remporté la Liga et la Ligue des Champions sous le maillot blaugrana. A coups de gri-gris et de dribbles plus improbables les uns que les autres, le bonhomme a enchanté tous les stades par lesquels il est passé. Fin 2005, le public du Santiago Bernabeu lui offrait même une standing-ovation, après une prestation 3 étoiles face au Real Madrid. Du jamais vu.

Dans cette interview accordée à Playboy, le joueur de 33 ans revient sur ses années en Catalogne et révèle la clé de son succès. "Je faisais l'amour avant les matches", reconnaît-il. "Cela ne posait aucun problème. C'était même bénéfique, car j'arrivais plus heureux sur la pelouse."  Ronnie évoque également sa première fois avec une femme. "C'était à l'âge de 13 ans, avec une voisine", dit-il. "J'ai souvent été infidèle par le passé, mais je ne commettrai plus la même erreur." Sa nouvelle petite amie, avec laquelle il est en couple depuis peu, appréciera...

Grand fêtard devant l'éternel, Ronaldinho peut rêver d'un nouveau feu d'artifice national dès l'an prochain en cas de succès à la Coupe du monde. Samba ?