ANDERLECHT Très tard, hier soir, le staff médical d'Anderlecht a décidé de réagir par rapport aux accusations de Frutos. C'est le docteur Kristof Sas, pourtant complimenté par Frutos, qui a pris la parole. "D'un côté, cela fait plaisir qu'il ne me cite pas parmi les dupés, mais puisque je fais partie de l'équipe, j'ai aussi reçu des claques, dit Sas. Il est clair qu'on a commis certaines fautes, mais Nico exagère, parce qu'il a réagi de façon émotionnelle. Il existe certains malentendus. S'il a dû rejouer trop vite à certains moments, ce n'était pas seulement sous pression du staff médical. Tout le club l'attendait impatiemment, notamment pour le match crucial à Vienne en préliminaire de la C1 en août 2007, après son opération à la cheville. Puis, il y a aussi des raisons médicales qui expliquent ses problèmes - et Nico les connaît - mais je suis lié par le secret médical."

Dans l'avenir, comment est-ce que Frutos pourra collaborer avec le staff ? Sas : "S'il n'a plus confiance en certaines personnes, il faudra trouver des solutions et des compromis. L'intérêt du club prime. Il a plus confiance en le thérapeute Mendoza qu'en nos kinésistes. Nos kinés ont leurs propres pratiques qui ne sont pas moins efficaces, mais qui sont différentes. En tout cas, sa blessure est sous contrôle, et on verra s'il est disponible les jours de matches. On évaluera par après si une opération est nécessaire."



© La Dernière Heure 2008