La principale source de danger dans les rangs eupenois est blessée

EUPEN L’Alliance se prépare à vivre à domicile sa première affiche en D1. Pour l’occasion, malheureusement, les germanophones seront privés de leur maître atout offensif, Matthias Lepiller, victime d’une déchirure à la cuisse.

Comment les Eupenois vont-ils compenser cette absence de marques, tant l’attaquant français a eu, durant les trois premières rencontres de la saison, un pied dans chacune des actions dangereuses de ses couleurs ?

Le principal intéressé en est le premier déçu, lui qui pointe, déjà, parmi les révélations de cette saison 2010-2011.

“Mon début de saison est encourageant mais, même si ça fait plaisir que l’on parle de moi, le collectif reste le plus important, souligne notre interlocuteur. Pour dimanche, je ne pense pas que le coach me remplacera poste pour poste. Je crois plutôt qu’il optera pour un autre dispositif tactique.”

Que manque-t-il donc à ce jeune groupe eupenois pour, enfin, récolter ses premiers points ?

“Il y a ce petit quelque chose qui fait que l’on ne parvient pas à gérer totalement les événements, à maîtriser certaines périodes de match. Après, on se sent fatigués et on craque. Nous savions la D1 d’un autre niveau et, même si nous n’avons été décrochés par aucune équipe jusqu’à présent, nous sommes conscients qu’il y a encore beaucoup de paramètres à corriger.”

La rencontre de demain soir aurait été l’occasion de vivre un match dans le match entre celui qui appartient toujours à la Fiorentina et le puncheur limbourgeois, Kevin De Bruyne.

“C’est clair, j’ai déjà vu ce joueur à l’œuvre et l’affronter aurait été intéressant, mais bon, j’essaie de me dire que ce n’est qu’un match parmi d’autres, même si je rage de le louper car, je pense, ce sera une partie spectaculaire.”

Et que pensent les personnes extérieures de l’attaquant des Pandas ?

Stéphane Pauwels, recruteur pour Valenciennes mais également consultant pour l’émission Studio 1 , nous donne son avis. “Je pense que ce type a une très belle qualité de frappe mais, d’après ce que j’ai pu voir face à Westerlo, il ne défend pas suffisamment et peut, de cette manière, mettre son équipe en difficultés. Je ne crois pas qu’il soit à 100 % physiquement car, après une heure de jeu, il calcule ses efforts. Mais attention, je ne pense pas qu’il triche, il doit juste progresser à ce niveau. Outre sa frappe terrible, il est évident qu’il a un potentiel et qu’il est capable de donner un bon ballon dans les intervalles à ses partenaires.”

Franky Van der Elst, entraîneur de United Lommel et qui a croisé la route de Matthias à quatre reprises la saison dernière, tient un peu le même discours.

“C’est un très bon joueur en possession de balle, mais moins bon en perte de balle, c’est son point faible. Quand il a le ballon, il est capable de créer quelque chose et il l’a montré lors des trois premiers matches. À Anderlecht, il a touché la latte, contre Westerlo, il a été le plus dangereux et à Gand, il a marqué…”



© La Dernière Heure 2010