La grève des arbitres en Flandre occidentale, ce week-end, pourrait donner des idées aux hommes en noir du Sud du pays

BRUXELLES Les footballeurs de Flandre occidentale seront au repos forcé ce dimanche. Aucune rencontre, de la première à la quatrième provinciale, n'aura lieu. Les arbitres ont en effet décidé de se croiser les bras pour dénoncer le climat de violence qui règne lors des rencontres. Hier, l'URBSFA et la fédération flamande de football ont même soutenu cette action. Seul le comité provincial de Flandre occidentale doit encore donner son avis.

Cette initiative pourrait aussi voir le jour dans les provinces wallonnes. Luc Mélotte, le président de la commission provinciale des arbitres à Liège, affirme qu'il soutiendrait ses hommes en noir dans une telle démarche. "Cette idée a déjà germé chez nous. Des arbitres nous ont fait part de leur mécontentement, relate-t-il. Et s'ils viennent me trouver avec le désir de faire grève, je les soutiendrai si leurs revendications sont crédibles".

A ce titre, Luc Mélotte reconnaît qu'il y a peu de chances qu'une telle action ait un gros effet sur la violence durant les matches. "Il s'agit souvent de réactions à chaud, donc pas réfléchies. Il est difficile de contrer cela, analyse-t-il. Mais c'est en tout cas une sonnette d'alarme pour réclamer plus de fermeté". Son confrère du Namurois, Benoît Saintviteux, lui emboîte le pas: "Une grève a au moins le mérite qu'on parle de la problématique. Et c'est très important car il est vraiment temps d'agir."

Il y a deux ans, le comité provincial namurois avait annulé un tournoi à destination des catégories d'âge les plus basses. Des débordements avaient émaillé cette compétition. "La violence ne concerne pas que les réactions brutales des joueurs et des parents envers l'arbitre. Les agressions entre footballeurs et entre supporters participent également au climat de violence qui entoure le football", regrette-t-il.

Dans un communiqué publié sur son site, l'URBSFA annonce que des mesures concrètes vont être prises prochainement: "Un point de contact sera érigé pour les arbitres victimes d’agressions. De cette manière, les suspensions préventives pourront être plus rapidement introduites. Ce point de contact est la première étape d’une série de mesures qui seront mises au point dans les prochains mois afin d’endiguer le problème de la violence contre les arbitres."

© La Dernière Heure 2012