Sébastien Van Aerschot et Romain Dutrieux veulent rester

CHARLEROI Alors qu'on promettait au Sporting local une deuxième partie de saison dénuée d'enjeu eu égard à son classement dans le ventre mou du championnat et à son élimination en Coupe, les gens du Mambourg en général, Mogi Bayat en particulier, se seront montrés particulièrement et méritoirement actifs lors du mercato . Les acquisitions de Cyril Théréau (Anderlecht), de Mohamed Chakouri (Montpellier) et de Juan Pablo Pinto (Monaco) ont largement compensé les départs actuellement confirmés de Habib Habibou (Steaua Bucarest) et de Steeve Verelst qui ne devraient, en principe, pas être suivis par d'autres dans les dernières heures du marché. C'est ainsi que Sébastien Van Aerschot, qui a reçu des propositions de Couillet et de Seraing, nous a expliqué qu'il ne souhaitait pas y répondre favorablement. Même position de Romain Dutrieux, qui pouvait rallier les rangs louviérois : "Pour moi, il n'y a pas de soucis, je reste à Charleroi. Il faudrait un retournement de situation pour que je change d'avis. Par exemple, que notre entraîneur me signifie qu'il n'a plus besoin de moi dans son groupe."

Thierry Siquet ne semble pas enclin à pousser dehors ses jeunes moins nantis car défavorisés par le sort (NdlR : ils sont écartés sur blessures). Le cas de Brice Jovial est plus aigu dans la mesure où Mogi Bayat a affirmé que l'attaquant français d'origine guadeloupéenne serait prêté à coup sûr. Or l'intéressé, qui a séjourné quelques jours à Mons, était bel et bien présent aux séances d'entraînement d'hier qui se sont apparentées à une course au bois de Loverval le matin et à des exercices sur le terrain de Marcinelle l'après-midi : "Dans l'état actuel des choses, il ne se profile pas de solution, témoigne le manager carolorégien. Nous n'avons d'autant plus de contact avec les Montois qu'un changement d'entraîneur s'est produit au stade Charles Tondreau."

Il s'agira quand même d'être attentif d'ici jeudi à minuit mais uniquement pour les départs car, concernant les arrivées, le plein est fait.



© La Dernière Heure 2008