Franck Ribéry et Nicolas Anelka, convoqués eux aussi, se sont fait représenter par des avocats


PARIS Les joueurs auditionnés par la commission de discipline de la Fédération française de football ont reconnu qu'il y avait eu «un dérapage» lors de la Coupe du monde en Afrique du Sud, a déclaré Jean-Louis Valentin, l'ex-directeur général délégué de la FFF à sa sortie des locaux de la fédération, mardi en début d'après-midi.

«Je retiens que les joueurs sont très sincèrement désolés de ce qui s'est passé», a souligné M. Valentin, entendu comme témoin. «Ils sont marqués par cet événement. Tout le monde a pris conscience qu'il y avait eu un dérapage. Maintenant il faut savoir tourner la page».

Patrice Evra, le capitaine des Bleus lors du Mondial sud-Africain, a quitté les locaux à bord d'une voiture aux vitres fumées à 14h sans faire de déclaration tout comme Jérémy Toulalan et Eric Abidal, eux aussi, considérés comme meneurs lors de la mutinerie de Knysna. Franck Ribéry et Nicolas Anelka, convoqués eux aussi, se sont fait représenter par des avocats.

Suite à l'exclusion de Nicolas Anelka pour insultes envers le sélectionneur Raymond Domenech le 19 juin, les 23 joueurs tricolores avaient fait grève de l'entraînement le lendemain en soutien à l'attaquant de Chelsea.

La commission de discipline rendra sa décision concernant d'éventuelles sanctions mardi ou mercredi matin, a-t-on appris auprès de Yann Le Guillard, porte-parole de la FFF. Les joueurs risquent des sanctions allant jusqu'à la radiation.

Laurent Blanc, le successeur de Domenech au poste de sélectionneur, a sanctionné les 23 «grévistes» de Knysna en n'en appelant aucun pour son premier match de sélectionneur perdu (1-2) en Norvège le 11 août.

«Il y a eu un très bon dialogue (lors de l'audition)», a ajouté Jean-Louis Valentin qui avait démissionné de son poste en Afrique du Sud le jour même de la grève des joueurs et qui semble ne pas souhaiter de sanctions lourdes à l'égard des fautifs. «Comme supporteur de l'équipe de France, je pense que chacun a droit à une seconde chance», a conclu M. Valentin.

© La Dernière Heure 2010