Le buteur uruguayen Edinson Cavani a frappé fort pour sa première titularisation avec le PSG en évitant en toute fin de match une énorme désillusion au champion en titre face à Ajaccio (1-1), dimanche au Parc des Princes lors de la 2e journée.

Le PSG n'a toujours pas remporté de victoire en L1 mais l'égalisation magnifique d'"El Matador" (86e), un enchaînement crochet-frappe enroulée, est peut-être de nature à réveiller une formation qui n'avait pu que ramener un nul poussif de son premier déplacement à Montpellier (1-1).

Le public parisien s'attendait à une réaction et souhaitait surtout voir à l'oeuvre le duo Cavani-Ibrahimovic. Il aura été servi même si l'ouverture du score des Corses par Benoît Pedretti a jeté un froid en début de partie (9e). Mais en quelques éclairs, il aura pu goûter aux prémices et aux promesses de l'alléchante association entre "El Matador", plus gros transfert de l'histoire du championnat (64 millions d'euros), et "Ibra".

Alors que Monaco, son plus sérieux rival pour le titre, n'en finit pas de flamber avec Radamel Falcao, le PSG vit un début de saison poussif mais aura montré du coeur à l'ouvrage et pourra toujours se reposer sur le talent individuel de ses vedettes achetées à prix d'or.

Après deux nuls en deux rencontres, la pression commence toutefois à peser sur Laurent Blanc. Choix par défaut des propriétaires qataris, l'ancien sélectionneur de l'équipe de France, accueilli très fraîchement par les supporteurs de la capitale avant le coup d'envoi, a sans doute déjà épuisé une partie de ses jokers.

Pendant ce temps, Fabrizio Ravanelli pouvait savourer son retour presque gagnant au Parc des Princes à la tête d'Ajaccio, lui qui reste honni par les fans du PSG depuis son fameux penalty simulé avec Marseille en 1997.

Le duo Cavani-Ibrahimovic en rodage

Car Paris a encore beaucoup de travail pour survoler le championnat comme la saison dernière. La doublette Cavani-Ibra est encore en rodage et les deux hommes, qui ont très peu combiné ensemble, cherchent visiblement leurs marques.

Ibrahimovic reste pourtant un poison constant pour les défenses et a sollicité à de nombreuses reprises Guillermo Ochoa (7e, 21e, 34e), le portier d'Ajaccio.

Avant son but, Cavani, qui s'était contenté d'une vingtaine de minutes de jeu à Montpellier, se sera essentiellement montré dangereux sur des têtes (38e, 48e, 59e). Mais il a été le héros de la soirée avec son but splendide.

Au-delà du cas de ces superstars, le PSG s'est distingué, comme à Montpellier, par une entame désastreuse et une incapacité à accélérer le jeu, à l'image de Javier Pastore au déchet technique préoccupant et sorti après la pause sous les sifflets.

La défense n'a pas été plus sereine avec des ratés inhabituels de la part des deux Brésiliens Thiago Silva et Alex, guère aidés sur le côté droit par un Christophe Jallet à la technique limitée.

La sortie en seconde période de l'infatigable Blaise Matuidi, la tête en sang après un choc avec un défenseur corse, n'a pas arrangé les affaires de Paris et de son nouvel entraîneur, dans le dur après seulement deux journées de championnat.

Monaco rejoint le groupe de tête, pas Nantes

Monaco, vainqueur de Montpellier (4-1) grâce à un triplé de Rivière dimanche, a rejoint le trio de tête de Ligue 1 à six points, contrairement à Nantes, battu à Lorient (2-1), dimanche lors de la 2e journée.

L'OL, vainqueur 3-1 à Sochaux vendredi, restera dans le fauteuil de leader la 2e journée, ne pouvant être rejoint par le PSG et Ajaccio qui s'affrontent en soirée (21h00). Lyon, grâce à sa différence de buts (+6), mène le peloton de tête devant Monaco (+5), Marseille (+4) et Saint-Etienne (+2).

Avec ses trois points, Nantes est devancé par Valenciennes au critère du fair-play et se classe 6e, puisqu'il n'y a aucune équipe à 4 points en attendant PSG-Ajaccio. Cependant, les trois points glanés par les Canaris lors de la journée inaugurale pourraient être annulés sur tapis vert car le club promu avait fait entrer en jeu un élément suspendu.

Lorient, qui avait chuté à Lille le week-end dernier (1-0), remonte à la 10e place.

Nantes a ouvert la marque sur un centre-tir de son capitaine Veigneau (17e), un peu contre le cours du jeu, si bien que Lorient réussissait à renverser sur des buts de sa recrue Aboubakar (39e) et d'Aliadière sur coup franc direct (61e). Ce dernier faisait son retour dans le onze des Merlus après avoir plus ou moins animé leur mercato par ses velléités de départ, finalement avortées, "pour l'instant" de son propre aveu, à moins d'un rebondissement (à Lyon ?).

Monaco confirme

Plus tôt dans l'après-midi, le promu Monaco avait confirmé ses ambitions de nouveau riche, après sa victoire 2-0 à Bordeaux et avant un nouveau match à domicile le week-end prochain, mais à huis clos, face à Toulouse.

Contre Montpellier, sous le soleil d'août de la Côte d'Azur, Falcao a ouvert le score sur penalty (18e), un but dominical pour le jeune papa de la petite Dominique, et le deuxième de la saison pour le "Tigre". Mais c'est son coéquipier Rivière qui s'est illustré, avec un triplé (44e, 57e, 80e) qui l'installe en tête du classement des buteurs (4 buts), une longueur devant le Lyonnais Lacazette et le Marseillais Payet (3).

Montpellier avait égalisé par Montaño (24e) et s'est plaint du premier but de Rivière, consécutif à un lob et surtout un tirage de short sur son cerbère, Congré. Lequel allait boire le calice jusqu'à la lie en recevant plus tard un carton rouge (64e).

Si Rivière et Falcao ont marqué, c'est aussi parce que les jeunes de 19 ans, Ocampos et Ferreira Carrasco, ont très bien animé les ailes. Toulalan et Obbadi ont monté la garde devant une charnière Abidal-Carvalho relativement peu sollicitée.

Il y avait plusieurs absences de marque à Louis-II, la plupart sur blessures. Monaco était privé de deux de ses principales recrues, Moutinho et Rodriguez. Montpellier a dû faire sans son leader offensif, Cabella, son défenseur central El Kaoutari, suspendu, et son gardien Jourdren, remplacé par Pionnier.

Montpellier (1 point), qui avait neutralisé le PSG à domicile en ouverture du championnat (1-1), n'a donc pu rééditer son coup d'éclat face à l'autre favori pour le titre, mais pourra se relancer le week-end prochain face à Sochaux.