Football

Le président de Montpellier est un adepte des déclarations fracassantes

Au royaume des bons clients, Louis Nicollin est un tyran. Détrôner le président montpelliérain ? Impossible. Florilège de ses sorties les plus trashes .

Sur Benoît Pedretti.

“Il a tout commandé sur le terrain. Celui-là, quand il va venir à la Mosson, on va s’en occuper. Lui, c’est une petite tarlouze.”

Sur ses progénitures.

“Mes fils, je préfère qu’ils soient nés dans le sport, plutôt que dans la musique classique. Parce que ça, ça me fait chier. Je n’ai rien contre. Mais je préfère regarder un match de curling qu’écouter du Mozart.”

Sur la recherche de sponsor.

“Pour l’instant, personne ne s’est proposé. Si quelqu’un met des sous, j’avale pas, mais presque.”

Sur les faux transferts de l’OM.

“Je m’en bats les couilles complet, s’il me fait monter en première division, hein. Bien sûr, s’il vendait de la drogue ou violait les petites filles, ça m’emmerderait…. Ça, j’accepterai pas. Mais pour des conneries pareilles.”

Sur ses joueurs après une défaite à Bastia.

Bravo à Bastia, ils ont plus de couilles que nous. Nous, on a des olivettes.”

Sur Jean Claude Dassier.

“Quand je vois des présidents qui sont là depuis trois jours et qui donnent déjà des conseils, cela me fait doucement rigoler. Dassier, il est adorable, mais il ne sait pas par où pisse un taureau.”

Sur les critiques concernant la place de leader de ses hommes

“Je leur pisse à la raie. Ce n’est pas bien répondu, hein ? (Rires). C’est scandaleux. Mais quand Brest est leader, on se fout de leur gueule. Alors il faudrait toujours que ça soit Marseille, Lyon qui soient devant ? Les Stéphanois, eux quand ils ont été en tête, ils ont eu un énorme teston.”

Sur l’offre lilloise pour Mapou Yanga-Mbiwa :

“Pour le moment, ça ne bouge pas trop à part pour Mapou Yang-Mbiwa pour lequel Lille nous donnait deux saucisses et un saucisson et qui restera.”



© La Dernière Heure 2011