Moggi est au centre du scandale des matches truqués qui avait éclaboussé le foot italien au printemps 2006


ROME L'ex-directeur général de la Juventus Turin Luciano Moggi et son fils Alessandro ont été condamnés jeudi par le Tribunal de Rome à respectivement 18 et 14 mois de prison ferme pour leur rôle dans l'affaire de la société d'agents de joueurs GEA World. Les deux hommes n'effectueront cependant pas la peine prononcée car les faits qui leur sont reprochés remontent à une période (mai 2006) pour laquelle une amnistie a été proclamée.

Le tribunal les a reconnus coupables de "violence privée" lors du recrutement d'Emanuele Biasi et Nicola Amoruso, deux joueurs engagés par les soins de la GEA World, qui était présidée par Alessandro Moggi mais dont la justice a estimé qu'elle était en fait dirigée en sous main par l'ex-patron de la Juventus.

Le procureur avait réclamé des peines de plus de quatre ans de prison contre Luciano Moggi et son fils, mais le tribunal n'a pas retenu le chef d'accusation d'association de malfaiteurs, mais uniquement ceux de "violences" et "d'intimidations" dans le processus de recrutement des joueurs.

En revanche, les juges ont relaxé quatre autres personnes dans la même affaire, et notamment David Lippi - le fils du sélectionneur italien Marcello Lippi - contre lequel le procureur avait réclamé une peine de 16 mois de prison.

Marcello Lippi, qui avait mené l'équipe italienne à la victoire lors de la Coupe du monde 2006, avait préféré quitter son poste afin de soutenir son fils. Il a cependant retrouvé son poste au lendemain de l'Euro-2008 suite au limogeage de Roberto Donadoni.

Luciano Moggi est par ailleurs le personnage central du vaste scandale des matches truqués qui avait éclaboussé le football professionnel italien au printemps 2006.

© La Dernière Heure 2009