Partout, la même émotion. Le monde du football a rendu hommage tout le week-end à l’une de ses légendes. Diego Maradona n’est pas près d’être oublié et les minutes de silence dans les stades vides avaient une résonance particulière. Moins impressionnantes qu’avec des tribunes combles mais tout aussi poignantes.

Les initiatives collectives ont parfois été surprenantes, entre ces drapeaux géants à l’effigie de l’Argentin ou ces M qu’ont dessiné les équipes de Ligue 1 avant le coup d’envoi. Celles, individuelles, étaient aussi réfléchies. Et forcément, un homme était plus attendu qu’un autre : Lionel Messi.

Le crack a eu la bonne idée de marquer et il avait préparé son coup en ôtant son maillot pour dévoiler une autre tunique floquée du numéro 10, celle du Newell’s Old Boys, club qu’il a fréquenté avant son envol à Barcelone entre 1994 et 2000 et où son illustre aîné a joué deux ans de 1993 à 1995.


Mais puisqu’il est écrit qu’avec Maradona, rien ne sera jamais simple, son médecin personnel est désormais au cœur du cyclone.

Le parquet de San Isidro qui instruit la mort de l’idole a ordonné des perquisitions au domicile et au cabinet du docteur Leopoldo Luque après avoir entendu les témoignages de Dalma, Gianinna et Jana, les trois filles du Pibe qui s’interrogent sur le traitement médicamenteux de leur père, décédé d’une insuffisance cardiaque. Une enquête a été ouverte pour homicide involontaire et abandon de personne.