Pour l’ex-coach eupenois, le vaincu se retrouverait dans une situation plus que délicate

DUDELANGE Même s’il s’est exilé au Grand-Duché de Luxembourg, au F91 Dudelange, depuis maintenant deux saisons, l’ancien coach panda Marc Grosjean continue de suivre attentivement le parcours des germanophones.

“Dimanche soir, ce sera un match qui risque de s’avérer plus que capital tant pour le Lierse que pour Eupen et ce, indépendamment du résultat des autres concurrents pour le maintien.”

Bref, une victoire ou mourir... “Le vaincu, en plus des trois points perdus, sera très touché mentalement, il n’y a aucun doute là-dessus. Il sera alors difficile pour l’équipe qui sera dans cette situation de pouvoir relever la tête. Et si cette équipe devait être Eupen, quand on regarde en plus les deux derniers adversaires (NdlR : Anderlecht et Malines), cela deviendrait fort hypothétique car ils ont encore tous deux des échéances importantes...”

Dans quelle optique les Eupenois devront-ils alors se déplacer à la chaussée du Lisp ?

“Le Lierse sera sous très haute pression et il pourrait être poussé un peu de trop par son public. De plus, si cela ne tourne pas pour eux, les Lierrois pourraient alors s’impatienter. L’arbitre aussi aura son influence car il devra rester serein dans cette ambiance plus que probablement électrique.”

Avec quelle attitude pour les visiteurs ? “La solution pour Eupen sera alors de rester bien calme, patient au moment de la tourmente, de faire preuve de maturité, d’intelligence et de self-control. Ensuite, il s’agira de se montrer efficace, réaliste sur la moindre possibilité et ne pas galvauder les occasions afin de semer le doute dans les esprits lierrois. Dans ce genre de rencontre, il ne faut pas trop se soucier de la manière, il n’y a que le résultat qui compte.”

Un résultat, on le comprend aisément, qui sera lourd de conséquences en cas de faux pas eupenois.



© La Dernière Heure 2011