C'est le réserviste Vitorino Hilton qui a été victime de ce braquage alors qu'il recevait 10 membres de sa famille

MARSEILLE Six hommes cagoulés et armés ont fait irruption, mardi peu avant minuit, au domicile du défenseur brésilien de l'Olympique de Marseille (D1 française) Vitorino da silva Hilton, situé dans 8e arrondissement de la ville, alors qu'il recevait dix membres de sa famille, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Les braqueurs, bien renseignés, ont neutralisé toutes les personnes présentes avant de frapper à coups de crosse le joueur brésilien âgé de 33 ans qui a été légèrement blessé mais n'a pas été hospitalisé, selon la même source.

Le commando, qui a enfermé les victimes dans plusieurs pièces, a ensuite fait main basse sur des liquidités et des objets de valeur avant de s'enfuir en dérobant un véhicule de location qui a été retrouvé carbonisé dans les quartiers Sud de la ville.

Le parquet a confié les investigations à la brigade de répression du banditisme de la Police judiciaire déjà en charge de plusieurs agressions commises au préjudice d'autres membres de l'équipe marseillaise de football. Hilton avait déjà déposé plainte pour vol en janvier 2010.

Le club compte plus de dix de ses membres ayant été cambriolés et/ou agressés à leur domicile.

Parmi les victimes de ces vols figurent Fabrice Abriel, Vitorino Hilton, Stéphane Mbia, Jean-Claude Dassier (président) et André-Pierre Gignac -tous visés lors des deux dernières saisons par des cambriolages-, ainsi que Lucho Gonzalez et les frères Ayew, André et Jordan, pour qui les vols ont eu lieu en présence des joueurs ou de leurs proches.

Ainsi, dans la nuit du 17 au 18 mars, l'Argentin Lucho Gonzalez a été braqué à son domicile de Luynes (sud-est) par quatre individus cagoulés et armés. Bijoux, cartes de crédits et Bentley blanche ont été emportés par les voleurs.
Même sensation chez les frères Ayew. Pendant l'ultime match de championnat, le 29 mai à Caen, leur villa de Roquevaire avait été prise pour cible par trois malfaiteurs armés. A l'intérieur, la femme d'André, la copine de Jordan, un cousin et le demi-frère des fils d'Abedi Pelé, qui avait été frappé à plusieurs reprises. Les voyous étaient alors repartis avec de l'argent liquide, des sacs de voyage de luxe, des vêtements et des montres de valeur, et une voiture.

© La Dernière Heure 2011