Pelé Mboyo en est conscient, il doit beaucoup à Charleroi qui l’a sorti d’une situation peu enviable. Malgré son envie de faire parler la poudre, son match se fera sous le signe du respect.

Il y a toujours un sentiment spécial lorsque vous arrivez au Mambourg…  

"Comment pourrait-il en être autrement ? Charleroi fut mon premier club professionnel et je ne les en remercierai jamais assez. Je connais encore des gens là-bas. C’est très spécial même si, je ne sais pas pourquoi, certains supporters me sifflent quand j’ai le ballon."  

Comment comptez-vous vous comporter si vous marquez un but ?  

"Je serai content car ce serait mon premier sous ma nouvelle vareuse mais je ne narguerai pas les fans et ne provoquerai personne. La célébration sera sobre."

Débloquer votre compteur but sera l’un des objectifs de cette rencontre ?  

"J’aime marquer mais il ne faut pas que ça en devienne une obsession. Ce que je veux avant tout, c’est être tranchant pour mon équipe."  

Un peu comme à Gand…  

"Genk possède plus de qualités, il est donc plus difficile d’avoir le même rôle qu’à La Gantoise. Mon but est d’avoir autant d’importance ici qu’à mon époque gantoise. Si j’avais eu peur du challenge, je serai resté tranquillement là-bas."  

Comment vous sentez-vous après quelques semaines dans le Limbourg ?  

"Mes premiers jours ont été perturbés par l’accident de ma compagne mais elle va mieux et donc moi aussi. Je ne suis pas encore à 100 % mais je monte en puissance."  

Ressentez-vous la pression des millions que Genk a dû débourser pour vous acquérir ?  

"Absolument pas. Je relativise et je crois en moi !"  

Charleroi ne devrait être qu’une formalité…  

"On va y aller pour gagner. Les Zèbres sont prenables mais il faudra faire attention à la bête blessée. Si Mazzù leur a remonté les bretelles, ils auront à cœur de prouver leur valeur."