De Bruyne: pourquoi c’est complexe

Le transfert du Diable Rouge sur lequel José Mourinho s’est exprimé hier est lié à d’autres mouvements. Éclairage

C. F. et Jo. L.
11.12.2013 © REPORTERS / imago/BPI Kevin De Bruyne of Chelsea -- Chelsea FC London - Steaua Bucarest -- BPI_Chelsea_SBucarest_4BQ_6292.jpg Fussball Champions League EC 1 2013 2014 Einzelbild Freisteller Aktion xns x1x 2013 hoch
11.12.2013 © REPORTERS / imago/BPI Kevin De Bruyne of Chelsea -- Chelsea FC London - Steaua Bucarest -- BPI_Chelsea_SBucarest_4BQ_6292.jpg Fussball Champions League EC 1 2013 2014 Einzelbild Freisteller Aktion xns x1x 2013 hoch ©imago sportfotodienst

La sortie de José Mourinho sur le départ de Kevin De Bruyne était attendue. Forcément. Et pour sa première conférence de presse de l’année, le Portugais a été fidèle à lui-même, préférant empoigner le sujet plutôt que l’esquiver.

"Nous savons que Kevin ne s’est pas très bien adapté à la vie difficile qu’ont les joueurs de Chelsea. Des personnes comme Oscar, Juan Mata, Eden Hazard et Willian ont une vie belle et difficile qui est de jouer et d’être bien payé. Ils doivent travailler, beaucoup donner et accepter la concurrence. Kevin a un caractère différent", a expliqué le technicien avant de s’épancher. "Il était très important à Genk, au Werder Brême, mais c’est la première fois qu’il est dans un grand club avec autant de concurrence. C’est un joueur fantastique qui a du potentiel, mais il a eu des difficultés à s’adapter et nous savons qu’il a envie de partir."

Confronté à cette situation, José Mourinho a actionné un vieux levier d’habitué des marchés : mettre en avant les qualités de son joueur tout en n’oubliant pas de réitérer son envie de le conserver.

"Les joueurs fantastiques sont très chers", a lancé le Portugais. "Quand on achète un joueur fantastique, il faut y mettre le prix. Si les gens croient qu’ils peuvent avoir nos joueurs en solde, les soldes se sont finis hier à Londres. Je ne veux pas qu’il parte, mais je ne sais pas s’il va partir."

Une manière de faire monter les enchères et la pression qui s’inscrit dans un plan plus global qui vise à réajuster l’effectif de Chelsea ce mois-ci.

Ces derniers temps, Mourinho a passé son temps à stigmatiser l’inefficacité de son trio d’attaquants de pointe Samuel Eto’o, Demba Ba, Fernando Torres, sept buts à eux trois et il compte bien profiter du marché hivernal pour recruter un avant-centre supplémentaire qu’il juge décisif pour remporter le titre.

Mais la perle rare capable de combler les lacunes des Blues a un prix. Et les temps où Roman Abramovitch dépensait sans compter sont révolus, perspective du fair-play financier oblige.

Du coup, Chelsea doit vendre avant d’acheter un attaquant qui ne sera sans doute pas Gonzalo Higuain, mais pourrait être Diego Costa (Atletico Madrid). Le départ de Juan Mata, qui pourrait se conclure à plus de 33 millions vers le Paris SG, est susceptible de financer une partie de l’achat de l’oiseau rare.

Tout comme celui donc de Kevin de Bruyne, pour qui Wolfsburg a émis une offre avoisinant les 25 millions d’euros avec divers bonus.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be