Mbappé, Haaland, le PSG, Zidane, Sergio Ramos : Florentino Perez dit ses quatre vérités !

Le président du Real Madrid est revenu sur les grands dossiers de la saison, notamment ceux du mercato.

M.Ch
Mbappé, Haaland, le PSG, Zidane, Sergio Ramos : Florentino Perez dit ses quatre vérités !
©AFP/AP

Dans l'émission espagnole El Chiringuito, mercredi soir, Florentino Perez s'est exprimé sur plusieurs sujets marquants de la saison du Real Madrid. Il a commencé par le dossier de l'année, celui de Kylian Mbappé. Une amertume s'est fait ressentir dans les propos du président de la Casa Blanca.

"Mbappé c'est déjà oublié. il ne s'est rien passé. Aujourd'hui, Mbappé n'existe pas. Ce qui existe, c'est la fête du Real", démarre Perez. "Non, ce Mbappé n'est pas mon Mbappé. Mais s'il change... La vie prend mille tournures. Je pense qu'ils l'ont rendu confus et il est très jeune. Je lui souhaite le meilleur, je ne veux rien de mal pour lui. Mais j'ai cru au rêve. (…) Les Madridistas seront déçus, mais le Mbappé qui voulait venir au Real Madrid n'était pas ce Mbappé. (…) Il me l'a annoncé dans un message et je lui ai souhaité bonne chance. Mais à ce moment-là, nous n'étions plus intéressés. Aucun joueur de l'histoire du Real Madrid n'a jamais été au-dessus des autres", traduisent nos confrères de RMC Sport.


Ensuite, Florentino Perez s'est attaqué au PSG et tous les moyens qu'ils ont déployés, notamment avec la France et le Qatar, pour garder la fusée de Bondy. "Ils (le PSG) lui avaient pratiquement proposé d'être le leader, non seulement d'une équipe de football, mais aussi de la direction. Là, on a vu que ce n'était pas le Mbappé qu'on voulait faire venir, mais que sous la pression il avait changé ses rêves. Si un gamin est convoqué par le président de la République (Macron), bien sûr ça le touche."

Pour le président madrilène, la pression politique a été encore plus forte que l'aspect sportif. "Est-ce l'offre économique du PSG? Nous ne le saurons pas, mais je pense que la pression qui aurait pu l'affecter le plus est politique. Cela, plus l'argent et le leadership sportif, l'a fait changer d'avis. Il a eu du mal. Quand on entre dans une situation de panique, on essaie d'en sortir le plus vite possible. Cela n'a aucun sens. Je n'imagine pas le Roi d'Espagne appeler un joueur. Cela l'a beaucoup influencé."Cependant, Florentino Perez n'a pas fermé la porte à Mbappé à l'avenir. Mais à une seule condition:"Tout joueur doit comprendre ce qu'est le Real Madrid et que personne n'est plus grand que les autres."

Le PSG un ennemi ?

Ensuite, le président de la Casa Blanca a assuré que son club n'entrait pas en guerre contre les Franciliens. Même s'il a regretté la manière dont certaines formations sont dirigées."Le PSG n'est pas un ennemi. Ni Chelsea, ni City. Tous ceux qui concourent avec nous sont des amis. On s'entend bien avec tout le monde. Par contre, les clubs-états (comme le PSG) sont un problème que nous devons résoudre."

Depuis la fin de la saison, plusieurs noms ont été cités afin de remplacer Mauricio Pochettino dans la capitale française, notamment celui de Zinedine Zidane. Mais pour Florentino Perez, Zizou ne sera pas le prochain entraîneur de Paris. "Je ne sais pas s'il ira au PSG, mais il a toujours été un homme du Real Madrid et de l'équipe de France. C'est ce que je sais de lui. Mais peut-être qu'il est maintenant dans une situation différente."

L'ancien capitaine du Real Madrid, Sergio Ramos, avait rejoint le PSG en 2021. Un départ difficile pour la direction du Real. "Avec le temps, tout le monde a accepté. Il a fait ce qu'il pensait devoir faire à l'époque. Sergio Ramos est parmi les grands madrilènes, c'est l'un des grands défenseurs madrilènes et je n'oublierai jamais le but de Lisbonne en finale de la Ligue des Champions."

Haaland, mauvais timing ?

Après l'échec du dossier Mbappé, le Real Madrid pistait la machine norvégienne, Erling Haaland. Toutefois, le timing n'était pas le bon pour le président des Merengues qui possède le meilleur avant centre de la saison. "Nous avons le meilleur avant-centre du monde et ce moment était incompatible avec Haaland. Nous n'allions pas le recruter pour le mettre sur le banc. Je pense que nous avons une grande équipe. Si Benzema se grippe, il y aura un remplaçant mais uniquement pour ce moment."

Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be