Le patron du PSG regrette que son club soit sous le coup des sanctions de l'UEFA.

Le président du Paris SG Nasser Al-Khelaïfi a jugé mardi lors d'un entretien avec l'AFP que le fair-play financier était "injuste" et "bloquait les nouveaux investisseurs".

"Pour moi le fair-play financier est injuste. Ca bloque les nouveaux investisseurs. Ca protège les grands clubs, ça oblige les petits clubs à rester des petits clubs. Si on empêche les investisseurs de venir dans le foot, ils iront dans la Formule 1 ou ailleurs. Ce n'est pas bon pour le foot", a estimé le dirigeant qatarien.

"On est prêt à travailler avec ce règlement mais j'espère que l'UEFA va le changer l'année prochaine. Beaucoup de clubs se sont plaints", a-t-il ajouté.

Le président du club de la capitale a toutefois assuré que les sanctions de l'UEFA n'avaient "pas bloqué" le PSG lors du mercato qui s'est terminé lundi soir.

"Le fair-play financier a été un peu difficile pour nous mais ça ne nous a pas bloqué. Pour Di Maria, j'ai discuté avec le Real Madrid et Florentino Perez mais on n'est pas tombé d'accord sur le prix et on a donc arrêté les discussions", a-t-il expliqué.


"Ibra n'est pas un joueur comme les autres"

Le président du Paris SG Nasser Al-Khelaïfi a qualifié son attaquant Zlatan Ibrahimovic, auteur dimanche contre Saint-Etienne d'un triplé après deux semaines d'absence, de "joueur pas comme les autres" mardi lors d'un entretien avec l'AFP.

"C'est un grand joueur, une grande star. C'est vrai que quand il est là, l'équipe est différente, même au plan moral. Il est très important pour nous même si Zlatan ne joue pas tout seul", a d'abord expliqué le dirigeant qatarien.

"J'ai toujours cru en ce choix. Lui aussi est très heureux ici et c'est très important. Il s'occupe du club, on le sent. Il s'inquiète pour le club, quand il y a un problème, il est là. Ca, ça me touche beaucoup. Ce n'est pas un joueur comme les autres. Il est très spécial, il n'y en a pas beaucoup des comme lui", a-t-il ajouté.

Interrogé sur une possible reconversion du Suédois au sein du club après sa carrière sportive, M. Al-Khelaïfi a confirmé qu'il l'envisageait, mais il a surtout dit vouloir continuer à voir Ibrahimovic sur le terrain.

"J'espère qu'il va continuer le foot encore bien plus que deux ans", a-t-il dit.