L'Antwerp en a plein les pieds. Supporters, dirigeants, coéquipiers... Comment faire pour régler le problème Lamkel Zé qui traîne depuis presque un an? Bien compris par Franky Vercauteren qui l'avait remis dans le droit chemin sportif avec 7 buts et 3 assists en 13 rencontres, Lamkel Zé est retombé dans ses travers. Et le changement d'entraîneur lui a à nouveau été fatal. Comme l'an dernier lorsque Ivan Leko avait remplacé Laszlo Boloni.

Maintenant en poste, Brian Priske a été très clair à propos de l'avenir de LZ7: "C'est clair pour moi", a déclaré le coach à Het Nieuwsblad . "Si vous ne voulez pas travailler avec le groupe, vous devez vous entraîner séparément. Ses qualités sont indéniables. Mais si le dernier pour cent dans la tête ne va pas… J'ai besoin de joueurs qui sont prêts à marcher et à se battre pour Anvers avec leur cœur. Sinon, vous n'avez pas votre place ici. Mais cette décision n'est pas seulement dans mes mains."

Face à cette nouvelle mise à l'écart, l'attaquant n'a pas tardé à réagir. Selon ATV, il aurait de nouveau provoqué des troubles au Bosuil. Le joueur anversois aurait choisi de barbouiller les murs du vestiaire pour démontrer son mécontentement. Une version confirmée par Het Nieuwsblad. Il était notamment venu dans le vestiaire alors qu'il n'est plus le bienvenu car il s'entraîne avec les espoirs. Après une explication musclée avec Priske, il a décidé de vandaliser les murs du vestiaire. Après cette scène ahurissante, il est finalement parti très fâché. 

Pendant la semaine, il n'a eu de cesse de provoquer les dirigeants anversois. En répondant notamment à de nombreux messages de fans anderlechtois qui aimeraient le voir chez les Mauves. Dans un de ces messages, un fan lui demande "Article 78, vient chez nous mon pote". Ce à quoi le Camerounais de 24 ans a répondu, "c'est pour très bientôt". Par ce message, il laisse clairement planer le doute sur ses intentions et montre qu'il est prêt à tout pour quitter le Bosuil.

© INSTAGRAM
© INSTAGRAM
© INSTAGRAM
© INSTAGRAM
© INSTAGRAM