Décidément, Kylian Mbappé maîtrise l'art de la dramaturgie. Aussi bien que celui du contre-pied? Ce jeudi, L'Equipe annonçait que le joueur allait enfin dévoiler sa décision à propos de son avenir dans l'émission Telefoot sur TF1. Avant que RMC Sport affirme que cette décision pourrait intervenir samedi. Une chose est certaine, on saura ce week-end si la fusée de Bondy répondra favorablement aux sirènes madrilènes ou s'il reste fidèle aux Champs-Élysées.

Alors que l'affaire semblait entendue et que la tendance allait clairement vers un départ, un vent de panique a soufflé sur Madrid. Ce vendredi matin, le transfert de KM7 met la presse espagnole en ébullition. Dans son édition du jour, Marca annonce que le suspense reste entier. Et il met la lumière sur les doutes qui entourent sa signature.

"L'attaquant, comme toujours, reste à l'écoute du PSG", précise le quotidien. "Depuis la France et surtout depuis Doha, le joueur subit des pressions politiques improbables. Mbappé a absolument tout obtenu: de la somme financière qu'il souhaitait à, et c'est le point crucial, ce que sa voix soit entendue à tout moment dans la planification du projet sportif. Kylian veut gagner la Ligue des Champions. Et, pour cela, il ne voit pas un avenir avec Leonardo et Pochettino, il considère qu'il y a des hommes qui doivent partir et que d'autres cracks très convoités doivent arriver", ajoute le journal.

© AFP

De leur côté, les dirigeants du Real Madrid sont persuadés d'avoir la main dans ce dossier. Même si aucune certitude n’existe. "L'inquiétude grandit au sein du conseil d'administration", avoue Marca. "Plusieurs raisons expliquent cela. Les messages ambigus du protagoniste ne semblent plus être une parade. Ils étaient auparavant perçus pour se protéger et partir de façon la plus propre possible. Ce qui n'est plus le cas. En outre, cette ultime réunion à Doha n'a pas été comprise par la Casa Blanca."

L'expérience de 2017 fait peur à Florentino Perez. En effet, le joueur était à deux doigts de signer alors qu'il jouait encore pour Monaco à l'époque. Finalement, il avait expliqué qu'il était encore trop tôt pour lui et qu'il préférait encore attendre. Après l'échec de l'été dernier, la troisième tentative sera-t-elle la bonne? "Depuis lors, Mbappé est le grand rêve de Madrid. Il est plus proche que jamais. Mais ces dernières hésitations génèrent une incertitude à laquelle on ne s'attendait pas dans la capitale", conclut-il.

"Rester n'est pas la tendance"

En France aussi, le suspense reste entier. Dans l'After Foot, Fred Hermel, considéré comme le spécialiste du foot espagnol sur RMC Sport, estime que le Real souhaite surtout se concentrer sur la finale de la Ligue des champions contre Liverpool le 28 mai prochain. "C’est mieux pour le Real Madrid qu’il l’annonce dimanche, plusieurs jours avant la finale de la Ligue des champions", a-t-il commencé. "S’il avait annoncé ça le jeudi ou le vendredi avant la finale, c’était un vrai problème. Le Real ne peut pas faire ça avant une finale de Ligue des champions. L’annonce d’un joueur comme ça pour le Real Madrid, ce n’est pas un petit communiqué, c’est cinq heures d’antenne sur la chaîne du club en TNT et diffusée dans toute l’Espagne."

Fred Hermel est également revenu sur le pessimisme d'une certaine presse madrilène. Josep Pedrerol en tête. Ce jeudi, le présentateur de l’émission El Chiringuito avait annoncé "difficile que Mbappé signe au Real. Au club ils sont très pessimistes." Selon le journaliste français, il ne s'agit que d'une posture. "Le Real Madrid aujourd’hui veut faire retomber cette histoire. Il veut qu’on parle moins de Kylian Mbappé mais plus de la finale de la Ligue des champions. Il passe des messages. Le Chiringuito, c’est souvent des messages directs du président ou du directeur général."


Le transfert se trouve donc dans une situation paradoxale. Les deux clans ne sont pas forcément enthousiastes. Malgré son importance médiatique, aucune information vérifiable n'a fuité sur cette saga. Ce qui prouve une chose: l'entourage et la communication du joueur sont verrouillés. Entre l'Espagne et la France, qui a raison et qui à tort? Réponse ce week-end.