Après seize ans de bons et loyaux services, Sergio Ramos ne sera plus Madrilène la saison prochaine. Le joueur quitte la Maison Blanche libre de tout contrat, faute d’accord avec sa direction pour une prolongation. Le Real lui offrait un contrat d’un an, agrémenté d’une baisse de salaire, mais le défenseur souhaitait prolonger pour deux saisons.

Très à l’abri financièrement, l’homme aux 671 matchs madrilènes a martelé plusieurs fois que l’argent n’était pas la raison du problème. Sergio Ramos assure qu’il a tenté de faire marche arrière mais qu’il était trop tard. "Lors des dernières discussions, j’ai accepté l’offre avec une baisse de salaire, mais on m’a dit que l’offre n’existait plus", a-t-il expliqué jeudi lors d’une conférence de presse organisée après sa cérémonie d’adieux. "Je comprends que les offres évoluent au fil du temps et qu’il y ait une négociation, mais on ne m’a rien dit sur cette date limite."

Débarqué au Real Madrid à 19 ans, le défenseur espagnol en a aujourd’hui 35. Capitaine emblématique, parfois controversé, des Merengues, Ramos s’en va avec pas moins de vingt-deux trophées en poche. Dont cinq Liga et quatre ligues des champions.

L’embarras du choix

Celui qui manque l’Euro avec l’Espagne à cause d’une tendinite aux ischio-jambiers doit maintenant regarder vers l’avenir et celui-ci pourrait bien s’écrire en Angleterre ou en France. Quatre clubs seraient intéressés : Manchester City, Manchester United, le Paris Saint-Germain et le FC Séville. Néanmoins, Ramos a d’ores et déjà exclu Séville de la liste. Il a précisé hier qu’il ne "pense pas à cette option" et force est d’admettre que le club andalou ne dispose pas de la puissance financière nécessaire.

Alors qu’on pensait les Citizens grands favoris pour accueillir le quadruple champion d’Europe, le PSG aurait désormais pris la pole position. Le journal AS précise que le clan du défenseur espagnol est entré en contact avec les instances du club parisien. Le joueur se verrait bien continuer l’aventure en France où il retrouverait ses compatriotes Pablo Sarabia et Juan Bernat, entre autres, ainsi que ses anciens collègues Keylor Navas et Angel Di Maria. Le média espagnol ajoute que la proximité géographique de Paris et l’avantage de la fiscalité pèsent également dans la balance.

Du côté parisien, rien d’officiel, mais le club s’est déjà montré très actif depuis le coup d’envoi du mercato estival avec l’arrivée de Georginio Wijnaldum mais aussi celle de Gianluigi Donnarumma, qui devrait passer sa visite médicale lundi. Comme Ramos, ces deux joueurs étaient en fin de contrat avec Liverpool et le Milan AC, leur club respectif. La venue de la légende du Real Madrid serait en tout cas positive puisque le PSG recherche activement un nouveau défenseur central de niveau international pour épauler Marquinhos et Kimpembe. Par ailleurs, le club de Ligue 1 est l’un des rares à pouvoir satisfaire les exigences salariales de Sergio Ramos, à savoir 12 millions d’euros par an.