Est-ce le PSG ou le joueur lui-même qui a réglé les 222 millions ?

À l’heure de boucler cette édition, un mystère restait entier : qui a payé la clause libératoire de Neymar, d’un montant de 222 millions d’euros ?

Dans son communiqué, le Barça indiquait que c’est le joueur qui l’avait réglée. Mais dans la soirée, plusieurs médias affirmaient que c’est bien le PSG qui l’avait payée. Un détail ? Absolument pas. Explications.

Si Neymar a payé la clause lui-même, c’est pour éviter que le PSG ne soit exposé aux sanctions du fair-play financier. Comment ? Grâce au Qatar. La Coupe du Monde 2022 se rapproche et le pays souhaite faire de Neymar sa tête d’affiche. Via une société de droit à l’image, le Qatar aurait versé 300 millions d’euros à Neymar. Avec cet argent, le Brésilien aurait racheté, jeudi, son contrat au Barça avant de s’engager, libre et donc… gratuitement avec Paris. Le club lui verserait toutefois une prime à la signature de 40 millions d’euros.

Dans cette hypothèse, le salaire conséquent du joueur serait donc compensé par le moindre coût de l’opération. Juridiquement, cela semble imparable.

Si c’est le PSG qui a payé la clause de Neymar, comme le laissaient entendre plusieurs médias dans la soirée, le schéma est fondamentalement différent. En vertu du fair-play financier, qui consiste à éviter qu’un club ne dépense plus que ce qu’il ne gagne, Paris pourrait donc se retrouver dans la difficulté (le club devrait dégraisser et faire rentrer beaucoup d’argent). D’autant plus que, jeudi soir, le Barça a affirmé, dans son communiqué, qu’il transmettrait à l’UEFA "tous les détails de cette opération afin de déterminer les responsabilités disciplinaires émanant de ce cas". L’UEFA a, quant à elle, précisé qu’elle étudierait le dossier du transfert dans les moindres détails, et qu’elle veillerait à ce que le fair-play financier soit respecté.

La saga n’est donc peut-être pas tout à fait terminée…