Mirallas au clash avec Lille

Thomas Busiau Publié le - Mis à jour le

Football

Le Liégeois a un accord avec Saint-Étienne

TUBIZE Dans le France Football paru hier, Kevin Mirallas a dit tout haut sa façon de penser concernant son avenir. Il entend rejoindre Saint-Étienne cet été et ne surtout pas honorer sa dernière année de contrat à Lille. "En compagnie de mon agent, je suis tombé d'accord avec les dirigeants des Verts. Il reste aux deux clubs à s'entendre. Je ne veux plus jouer au Losc et je suis prêt à aller au clash pour y arriver. Ma décision est prise et je ne reviendrai pas dessus. J'ai déjà téléphoné au coach (NdlR : Rudi Garcia) et je lui ai fait part de mes intentions. Lille m'a proposé de prolonger en faisant un bel effort financier, mais je ne souhaite pas rester. Laurent Roussey (NdlR : ex-ajoint de Puel à Lille lorsque Mirallas a été promu dans le noyau A et coach de Saint-Étienne) m'a contacté à plusieurs reprises et je veux absolument jouer sous ses ordres" , glisse-t-il en précisant que l'ASSE ne s'oppose pas à son départ pour Pékin. "Saint-Étienne va m'apporter beaucoup plus de choses que Lille. Là-bas, le projet sportif est ambitieux, la Coupe de l'Uefa m'attend et le club a su conserver ses meilleurs joueurs. C'est une équipe qui monte en puissance et on connaît la ferveur qui entoure ce club. Je respecte Lille, mais il faut me comprendre."

Lille veut 5 millions €

Et comme il ne lui reste que douze mois de contrat, Lille sera bel et bien obligé de monnayer son talent cet été. Mais il attendra peut-être que Mirallas explose aux JO et... Saint-Étienne ne saura alors peut-être plus rivaliser financièrement. Actuellement, le Losc demande cinq millions. "De tous les clubs avec lesquels j'ai été en contact (NdlR : PSG, OM, des clubs espagnols et anglais), c'est Sainté qui m'a le plus donné envie de signer là-bas. Mon accord porte sur un contrat de quatre ans. J'espère pouvoir y progresser pendant deux ou trois ans avant de viser le top européen. Que ferai-je si Lille refuse de me laisser partir ? Je ne m'entraînerai pas là-bas au retour de Pékin. Je pensais que le système serait plus offensif cette année mais, en match de préparation, on évolue avec un seul avant et je suis confiné au flanc droit. Honnêtement, ça ne m'intéresse plus. À Sainté, on jouera avec deux attaquants et je m'y épanouirai davantage. Ce transfert ne risque-t-il pas de me perturber ? Non car, dans ma tête, je suis déjà chez les Verts."

Thomas Busiau