Tout ça pour ça, aurait-on envie de dire. En cours depuis le mois de janvier, les tractations entre Mons et Benjamin Mokulu ont pris fin ce mercredi. D’une façon inattendue puisque l’attaquant de 23 ans a finalement privilégié l’offre malinoise en dépit d’un accord verbal trouvé avec la direction montoise depuis trois semaines et ce, sur base d’un contrat de quatre ans.

Les têtes pensantes du Tondreau ne s’attendaient pas à ce que l’entourage familial du joueur mette son grain de sel dans les discussions. "Le papa du joueur a préféré aller à Malines", résume Alain Lommers.

Malgré l’échec de négociations harassantes, c’est un Dominique Leone détendu et souriant, presque euphorique, qui a assisté à une partie de l’intense entraînement matinal. Casquette G-Star vissée sur la tête, le boss montois ne semblait pas déçu à l’idée d’avoir économisé 500.000€ (la moitié de la recette sponsoring annuelle...) qu’il s’était décidé à verser au club waeslandien. "Le plus dur était de trouver un accord avec Lokeren", confie Alain Lommers. "Ce fut chose faite mardi matin (NdlR: 500.000€ à verser en deux fois). Tous les feux étaient donc au vert, sauf que..."

À un peu moins de trois semaines de la reprise, la colonne arrivées ne comporte toujours que le seul nom de Mununga. De quoi inquiéter Enzo Scifo, qui croyait l’arrivée de Mokulu entérinée : "Je suis déçu car il avait donné sa parole. Par le plus grand des hasards, je l’avais même croisé en Turquie, où il m’avait assuré qu’il viendrait à Mons. À l’avenir, j’éviterai de me focaliser sur un seul dossier comme je l’ai fait."

Hier midi, staff et direction se sont mis autour de la table pour envisager la riposte. Les noms qui courent sont connus : Arbeitman, en transit à Gand, ou Veselinovic, qui doit partir d’Anderlecht. Un joueur de Reims aurait par ailleurs été proposé.