Olivier Renard a contribué à la victoire

SCLESSIN Igor De Camargo n'a pas marqué, hier soir, alors que son compère de la ligne d'attaque en a inscrit trois.

Le Brésilien n'en prenait pas ombrage même s'il n'aurait certainement pas refusé de tirer le coup de réparation - le second - ainsi que Milan Jovanovic lui avait proposé de le faire. "Milan s'est tourné vers moi et m'a demandé, d'un signe de tête, qui devait le tirer, expliquait Michel Prfeud'homme. Je lui ai fait comprendre qu'il était le tireur désigné et qu'il devait s'acquitter de cette tâche."

Igor De Camargo a accepté l'explication. Il a, aussi, éclaté de rire quand on lui a demandé si, parfois, Milan Jovanovic envisageait de céder le ballon à un partenaire mieux placé que lui. "C'est une très bonne question ", s'amusa le vice-capitaine du Standard. "Je suis curieux d'entendre la réponse de Milan".

Il n'existe aucun contentieux entre les deux buteurs. Même s'il n'a pas marqué, Igor De Camargo se déclarait satisfait de la production de son équipe : "Un score de 4-1, cela veut tout dire. Avant le coup d'envoi, nous avions comme objectif de poser notre jeu et surtout de ne pas commettre de faux pas à domicile. À cet égard, le match s'est déroulé à la perfection. Nous nous sommes ménagé beaucoup d'occasions. Nous aurions sûrement dû ajouter deux ou trois buts supplémentaires. Ce résultat aiguise davantage encore notre confiance avant le déplacement à Luxembourg de jeudi. Rassurez-vous : nous le prenons très au sérieux".

Olivier Renard était tout sourire également : "C'est une belle confirmation après le match piège à Zulte-Waregem. Si nous voulons aller loin, nous ne pouvons pas dilapider des points à domicile contre des petites équipes. Nous avons fait mieux : nous avons montré à la Belgique qu'on peut aligner une bonne équipe avec des produits du terroir de talent".

Evoquant sa prestation, Olivier Renard expliqua : "J'ai effectué un bel arrêt en première période ? Oui, mais je suis là pour cela. Il n'empêche : il m'a rendu heureux car ce genre d'action peut modifier du tout au tout la physionomie d'un match. Sur le but du Brussels, j'ai le sentiment d'avoir bien repoussé le ballon mais j'ai joué de malchance : le ballon a abouti sur le pied du Bruxellois. En plus, j'ai été victime d'un croche-pieds en regagnant mon but."



© La Dernière Heure 2007