La Russie va dépenser plus de 100 milliards de roubles (2,3 milliards d'euros) pour construire sept stades sur les douze qui accueilleront des matches du Mondial-2018, a indiqué vendredi le quotidien Vedomosti.

La société publique "Sport Engineering" a été chargée par le gouvernement russe de construire des nouveaux stades à Volgograd (ex-Stalingrad), Nijni-Novgorod, Samara, Saransk (quatre villes dans la région de la Volga), Kaliningrad (enclave aux portes de l'UE), Rostov-sur-le-Don (sud), et de reconstruire celui d'Ekaterinbourg (Oural), selon le projet des préparatifs, cité par Vedomosti.

Toutes les enceintes auront une capacité de 45.000 places.

Les cinq autres stades se trouvent à Moscou (deux), Saint-Pétersbourg (nord-ouest), Sotchi (sud) et Kazan (Volga). Certains sont déjà prêts. Le stade Luzhniki à Moscou, qui accueillera le match d'ouverture et la finale, sera reconstruit.

La Russie va dépenser au total 15,5 milliards d'euros pour organiser le Mondial-2018, un budget près de deux fois plus élevé que ce qu'avait annoncé en 2010 Vladimir Poutine, alors Premier ministre, lorsque la Russie avait été désignée comme pays organisateur.

Outre les stades, des investissements sont prévus dans la construction d'aéroports et d'hôtels, ainsi que dans l'aménagement d'infrastructures routières.

La Russie a déjà investi massivement pour organiser les jeux d'Olympiques d'hiver en février 2014 à Sotchi, station balnéaire quasi vierge d'installations sportives et où les infrastructures étaient jusqu'alors peu développées.