"Les sponsors devraient utiliser leur influence considérable pour faire pression sur la FIFA et le Qatar"

Human Rights Watch, Amnesty International et FairSquare demandent aux sponsors s'adresser publiquement à la FIFA pour faire respecter les droits des travailleurs migrants.

La Libre Eco
Quatre sponsors- AB InBev/Budweiser, Adidas, Coca-Cola et McDonald's - se sont déclarés favorables à une compensation financière pour les travailleurs lésés.
Quatre sponsors- AB InBev/Budweiser, Adidas, Coca-Cola et McDonald's - se sont déclarés favorables à une compensation financière pour les travailleurs lésés. ©BELGA

Entre appel au boycott et mesures politiques, la Coupe du Monde au Qatar a fait couler beaucoup d'encre ces derniers mois.

Le Qatar est notamment accusé d'avoir violé les droits des travailleurs migrants. Human Rights Watch, Amnesty International et FairSquare demandent au gouvernement qatari d'octroyer une indemnisation et d'autres compensations aux travailleurs migrants et à leurs familles qui ont été tués ou blessés, volés ou endettés par des frais de recrutement illégaux pendant la préparation du tournoi.

"Les sponsors devraient utiliser leur influence considérable pour faire pression sur la FIFA et le Qatar"

En juillet, les trois organisations de défense des droits de l'homme ont écrit aux 14 partenaires commerciaux et sponsors de la Coupe du monde de la FIFA pour leur demander d'appeler l'instance du football à remédier aux abus commis à l'encontre des travailleurs migrants dans le cadre des préparatifs de la Coupe du monde.

"Les marques achètent les droits de parrainage de la Coupe du monde parce qu'elles veulent être associées à la joie, à la concurrence loyale et aux réalisations humaines spectaculaires sur le terrain de jeu - et non au vol de salaire endémique et à la mort des travailleurs qui ont rendu la Coupe du monde possible ", a déclaré Minky Worden, directrice des initiatives mondiales à Human Rights Watch. "À seulement deux mois du premier coup de pied dans le ballon, les sponsors devraient utiliser leur influence considérable pour faire pression sur la FIFA et le Qatar afin qu'ils remplissent leurs responsabilités en matière de droits humains envers ces travailleurs."

-> Lire aussi: "Des mesurettes qui donnent bonne conscience" : pourquoi les sponsors de l’équipe belge au Mondial au Qatar évitent le boycott dur

Quatre sponsors répondent à l'appel... dont AB InBev

Depuis lors, quatre sponsors- AB InBev/Budweiser, Adidas, Coca-Cola et McDonald's - se sont déclarés favorables à une telle compensation financière.

Les quatre sponsors ne tournent pas le dos à la FIFA et refusent les appels au boycott. Mais les entreprises se disent en faveur de l'indemnisation des victimes. "Nous continuerons à travailler avec la FIFA, les experts en droits de l'homme et les autres sponsors pour aider à stimuler un changement positif en matière de droits de l'homme, notamment en soutenant les processus qui facilitent l'accès aux compensations, à la fois autour du tournoi et dans les communautés que nous servons," a déclaré le porte-parole de Mc Donald.

Ce n'est pas la première fois que les sponsors sont appelés à réagir concernant la Coupe du Monde. L'entreprise AB InBev, également partenaire des Diables Rouges, s'était engagée à ne pas emmener de clients au Qatar. "Comme d'habitude, Jupiler continuera à activer ses activités liées à la Coupe du Monde en Belgique. La stratégie marketing de Jupiler n'inclut pas l'envoi de fans ou de partenaires au tournoi afin que nous puissions nous concentrer sur les campagnes et les activations locales", avait déclaré Pascaline Van de Perre, External communication manager d'ABInbev Belux à La Libre.

Une majorité silencieuse

Dix autres sponsors de la Coupe du monde et partenaires de la FIFA n'ont pas répondu, bien qu'ils aient des politiques visant à respecter les droits de l'homme et les normes environnementales, sociales et de gouvernance dans leurs activités et leurs relations commerciales. Les principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme énoncent les responsabilités de toutes les entreprises en matière de respect des droits de l'homme, notamment en utilisant leur influence sur les partenaires commerciaux pour prévenir ou atténuer les effets négatifs sur les droits de l'homme.

-> Lire aussi: Qatar 2022: l'Union Belge de Football s'attaque au délicat sujet des conditions de travail.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be