Coupe du monde au Qatar: "66% des gens veulent que les travailleurs migrants soient indemnisés"

Amnesty, Human Rights Watch et Fair Square ont organisé une enquête pour que les sponsors mettent la pression sur la Fifa.

Lusail Stadium
©Photo News

Amnesty International, Human Rights Watch et Fair Square, des organisations qui promeuvent la défense des droits de l’Homme, estiment que les sponsors doivent mettre sous pression la Fifa et les autorités qataries pour la mise en place d’un programme d’indemnisation en faveur des travailleurs migrants qui ont souffert sur les chantiers de la Coupe du monde.

Dans ce cadre, ils ont organisé un sondage auprès de milliers de personnes dans le monde entier. 66 % des personnes sondées estiment que la Fifa doit indemniser les travailleurs qui ont souffert. Ce pourcentage s’élève à 72 % chez les personnes susceptibles de regarder au moins un match du Mondial.

Le pourcentage belge correspond au résultat mondial : des 1 002 Belges qui ont participé à l’enquête, 67 % sont en faveur d’une compensation.

Les organisations soulignent que la Fifa reçoit plus d’un milliard de dollars dans le cadre de la Coupe du monde de la part de ses principales entreprises partenaires et sponsors dans tous les secteurs (marques mondiales de boissons, entreprises automobiles, marques de vêtements de sport, services financiers).

Elles ont contacté 14 marques partenaires de la Coupe du monde, dont certains sont aussi sponsors des Diables rouges. Quatre d’entre elles - AB InBev/Budweiser, Adidas, Coca-Cola, et McDonald’s - soutiennent l’idée d’une compensation financière. Les dix autres - Visa, Hyundai-Kia, Wanda Group, Qatar Energy, Qatar Airways, Vivo, Hisense, Mengniu, Crypto et Byju’s - n’ont pas répondu à la question d’Amnesty International, qui en conclut qu’elles n’apportent pas de soutien au projet.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be