Luis Enrique déçu malgré la qualification de l'Espagne pour la suite de la Coupe du monde: "Je n'ai rien à célébrer ce soir"

Luis Enrique (sélectionneur de l'Espagne, battue 2-1 par le Japon mais qualifiée pour les huitièmes de finale du Mondial-2022, en conférence de presse):

Spain's coach #00 Luis Enrique reacts during the Qatar 2022 World Cup Group E football match between Japan and Spain at the Khalifa International Stadium in Doha on December 1, 2022. (Photo by JAVIER SORIANO / AFP)
Malgré la qualification de l'Espagne, Luis Enrique ne cachait pas sa déception après la défaite face au Japon. ©AFP or licensors

Après la défaite de la Roja face au Japon, l'heure n'était pas à la fête dans les rangs espagnols malgré la qualification pour les huitièmes de finale. En conférence de presse après la rencontre, le sélectionneur Luis Enrique n'a pas caché sa déception.

"Dans le football, il n'y a pas de bons ou mauvais côtés. Il n'y a que du mérite. Je ne suis pas content du tout. On s'est qualifié, mais je voulais le faire en étant premier et en gagnant. Mais en cinq minutes ils nous ont marqué deux buts, en dix minutes ils nous ont complètement désarticulés. À la pause, on a discuté du fait qu'ils allaient venir attaquer, et on n'a pas su le gérer. On est entré en mode "effondrement". Ils ont cadré trois frappes et nous ont mis deux buts. S'ils avaient pu nous en mettre deux de plus, ils l'auraient fait. Je n'ai rien à célébrer ce soir. C'est ce qu'il y a d'inexplicable dans le football. On aurait dû essayer de calmer le jeu, d'arrêter le rythme du match, de les pousser vers autre chose... mais comment expliquer que tu as dominé pendant 80 minutes et que tu as perdu 2-1 ? Pendant trois minutes, on était éliminé, mais je ne le savais pas, j'aurais fait un infarctus. (Sur le deuxième but équivoque) J'ai vu une photo qui doit être truquée ou manipulée, parce que c'est impossible que cette photo soit vraie. J'ai senti qu'il se passait quelque chose de louche quand le VAR a mis autant de temps à se décider... Je n'ai rien à dire. Heureusement que l'équipe n'entre en mode effondrement qu'une fois tous les quatre ans, sinon je ne tiendrais pas le coup."

Le Japon et l’Espagne à la folie : le récit d'une soirée rocambolesque

En huitièmes de finale, l'Espagne affrontera le Maroc qui a terminé première dans le groupe F.

Hajime Moriyasu, coach du Japon : "Nous avons joué comme un seul homme"

L'entraîneur du Japon, Hajime Moriyasu, a loué la détermination de son équipe après une remontée époustouflante en seconde période qui a permis aux Japonais de battre l'Espagne 2-1 et de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde de football au Qatar en tant que vainqueurs du Groupe E. "Nous avons joué contre l'Espagne, qui est l'une des meilleures équipes du monde. Nous savions avant le match que cela allait être très dur et difficile, et en effet, cela l'a été", a déclaré Moriyasu. "Les joueurs ont encaissé un but, mais ils ont persévéré et ont essayé de changer le cours du jeu. Nous avons joué comme un seul homme et je pouvais sentir que les temps avaient changé. Il y avait beaucoup de fans qui sont venus du Japon et aussi ceux qui sont restés au Japon, et je pense que notre victoire leur est aussi due."

À propos du deuxième but japonais, Moriyasu, s'exprimant par l'intermédiaire d'un interprète, a déclaré : "Nous jouions simplement pour gagner. Nous pensons que notre intensité s'est matérialisée par un but. Que le ballon soit sorti ou non, la technologie est excellente aujourd'hui pour les grands matchs de football. S'il était vraiment sorti, il y aurait eu un coup de pied de but, mais l'arbitre a jugé qu'il était entré. Nous l'avons respecté, mais nous étions prêts à respecter les deux côtés. Le jugement final était qu'il était dedans."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be