”On l’a pris pour un con”, “On n’allait pas lui faire une haie d’honneur” : la guerre est déclarée entre Benzema et le staff des Bleus

Le torchon brûle entre les Bleus et le clan madrilène.

Editorial Use Only
Mandatory Credit: Photo by Michael Zemanek/Shutterstock (13622604bx)
Karim Benzema of France  during the training session, Al Sadd SC Stadium, Al Nadi St, Doha, Qatar
Previews and Training, FIFA World Cup 2022, Football, Qatar - 17 Nov 2022
Photo by Michael Zemanek/Shutterstock (13622604bx) ©Copyright (c) 2022 Shutterstock. No use without permission.

La France reste un pays à part dans le monde du football. Capable de se hisser pour la seconde fois en finale de la Coupe du monde, il peut aussi mettre en doute la capacité d’un entraîneur qui a fait ses preuves dans le même temps. La France présente aussi la capacité de davantage parler d’extra-sportif alors que son aventure qatarie a été une réussite. La preuve avec le bras de fer qui oppose Benzema au staff de Didier Deschamps.

”Ils l’ont pris pour un con !”

Depuis le départ précipité de KB9 cet hiver, la guerre est déclarée entre le staff français et le clan du Madrilène. Surtout, elle a pris une autre tournure dernièrement. Cette semaine, Daniel Riolo a donné des détails supplémentaires à propos de la relation entre les deux. Raison de la discorde : l’état de forme de Benzema. “Ils partent à la Coupe du monde et Benzema est un petit peu blessé. Cependant, il explique qu’il connaît son corps parfaitement et qu’il sait comment le soigner. Ce qu’il fait un peu de son côté”, commence-t-il dans l’After Foot sur RMC. “L’exigence de Benzema dans les premiers jours de la Coupe du monde en agace un peu certains.”

Pour l’éditorialiste et journaliste, la gestion de cette blessure est bien le nœud du problème. “Benzema est allé à Aspetar (centre médical réputé à Doha, ndlr), on l’a très mal géré”, poursuit-il. “On lui a demandé de forcer un peu à l’entraînement alors que lui ne voulait pas. Toujours dans sa réflexion de ‘je sais gérer mon corps’. Il a forcé plus que ce qu’il aurait dû et il s’est de nouveau blessé.”

Riolo assure que le joueur pouvait rester chez les Bleus. “Les clichés qui ont circulé sur les réseaux sociaux, je les ai fait analyser par des médecins du sport. On m’a dit que c’était une forme de rechute et que le faire jouer en huitièmes de finale, c’est une prise de risque. Il aurait pu être sur le banc et même entrer en cas d’extrême nécessité. Mais en quart de finale, il aurait été totalement opérationnel.” Il a ensuite comparé la situation avec un autre joueur, champion du monde lui. “Quel autre pays dans le monde se prive d’un joueur de la qualité de Benzema ou d’un Ballon d’or parce qu’il faut être prêt dès le match contre l’Australie ? Di Maria a joué le début de la Coupe du monde, puis on ne l’a pas vu. Et juste sur la finale, juste sur un match, il a été l’un des hommes du match.”

Le journaliste estime cette exfiltration a été très mal vécue par l’intéressé. “Quand ils sortent Benzema et que le médecin de l’équipe de France dit : ‘c’est bon, t’es blessé, tu t’en vas et qu’on lui prend un avion à 6h du mat… C’est bizarre la façon dont on dit à un mec qu’on rappelle en équipe de France : ‘tu pars dans la nuit’. Il est parti, d’où son silence dans les semaines qui ont suivi.” Selon lui, les performances des Bleus occultent la réalité : le staff n’a pas respecté le dernier Ballon d’or. “J’ai toujours reconnu ses qualités sportives indiscutables sans être son grand défenseur. Je veux être objectif et objectivement, on l’a pris pour un con, on l’a jeté dehors.”

Le staff des Bleus réagit

Ce jeudi, RMC a fait de nouvelles révélations et a donné la version de l’entourage de l’équipe de France. Et, forcément, le son de cloche est diamétralement opposé. Après la réunion à Aspetar, la décision est prise de ne pas le garder. “Du côté de l’équipe de France, on explique que Benzema décide alors de quitter au plus vite le Qatar pour rentrer à Madrid et que son assistante personnelle, présente à Doha, se démène pour lui trouver un avion privé. Problème : cela se révèle impossible car il est interdit pour des vols privés de survoler l’Irak et/ou l’Ukraine de nuit”, explique RMC.

Du coup, il prend le premier vol régulier le lendemain matin, voyage qui est payé par la FFF. La Fédération assure donc avoir épaulé Benzema. D’autant plus que la déception de ce dernier est grande tant il avait fait de la Coupe du monde son grand objectif. “Elle ajoute qu’il aurait pu rester plus longtemps au camp de base des Bleus pour saluer ses coéquipiers mais que c’était son choix de rejoindre aussi vite Madrid.” Un autre proche explique que le staff “n’allait tout de même pas réveiller tous les joueurs à 5h du matin pour faire une haie d’honneur à Benzema”.

En plus de ce départ raté, le staff réfute la théorie selon laquelle elle aurait forcé Benzema à revenir plus vite. “L’entourage de l’équipe de France assure que c’est l’ancien Lyonnais qui décide lui-même d’accélérer ses courses le jour où il se blesse”, jure-t-il à RMC. Autre problème : le manque de communication avec le Real Madrid. “Dès le début de la blessure de Benzema, il y a eu des soucis de communication. Le Real n’aurait donné aucun document médical aux Bleus. […] Et le diagnostic de “fatigue musculaire” n’aurait été détaillé ni par le club ni par le joueur. […] Pour l’équipe de France, aucun doute, le diagnostic posé par le médecin des Bleus concernant Benzema était le bon.”

Le staff des Bleus explique également avoir voulu prendre soin de l’attaquant lorsqu’il a reçu le Ballon d’or mais que ce dernier a refusé. Pour terminer, la France regrette “plus globalement que Benzema soit présenté comme “la victime” depuis le début des polémiques, contrairement à Deschamps, qui aurait subi à chaque fois les événements.” À la suite de la finale perdue, Karim Benzema a annoncé la fin de son aventure avec les Bleus. Aujourd’hui, on comprend mieux pourquoi. Difficile de dire qui a raison mais une chose est certaine : l’ambiance est malsaine entre les deux clans.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be