Les perspectives d'une première Coupe du monde depuis 1974, la seule qualification du Congo à ce jour, ont ravivé les espoirs du peuple. Ceux-ci ont été vite douchés.

Après un match aller prometteur face au Maroc où les hommes d'Hector Cuper ont vendangé devant le but (1-1), il n'y a pas eu de suspense lors de la manche retour ce mardi (4-1).

Menés 3-0 à l'heure de jeu, les partenaires de Bastien, Mpoku ou Mbokani ont déchanté. Depuis, la polémique enfle.

Une vidéo est sortie pour dénoncer le repas pris avant le match par les Congolais. On peut voir les joueurs se servir des portions gargantuesques de Chikwangue, un plat lourd à base de manioc.

"Samuel Bastien ne devait pas jouer ce match-là"

Ces dernières heures, des messages audios volés à Cédric Bakambu sur Whatsapp révèlent le désarroi du Marseillais qui critique le sélectionneur et Samuel Bastien.

"Dans des matchs comme ça, il faut aller avec des gens qui connaissent. Mais j’ai comme l’impression que le coach et son staff ne connaissent pas les joueurs ni le passé de l’équipe. Dans des matchs comme ça, il faut des mecs qui ont de l’expérience, des mecs qui sont capables de te ressortir le ballon. Je savais déjà ce qui allait se passer deux jours avant parce que j’avais parlé avec le coach. Je l’ai ensuite dit aux autres. Je connaissais déjà la composition. Il voulait que tout le monde soit content, que les trois défenseurs centraux ne se fassent pas la guerre et il les a mis tous les trois sur le terrain. Ce n’est pas comme ça que les choses se passent. Et là, il l’a payé. Un mec qui boude parce qu’il ne joue pas et il le met. Non, ce n’est pas comme ça. (…) (Samuel) Bastien ne devait pas jouer ce match-là. Ce n’est pas qu’il n’est pas bon, mais, pour ce genre de match, il faut de la bouteille."

Il s'en est pris en suite à la Fédération.

"On a pas de centre d’entraînement, sur les 10 dernières équipes, on est là seule à ne pas avoir un stade homologué, on a pas de siège dans le stade, on a pas de toilette dans le stade (…) On a un équipementier de merde, on a une fédération qui ne pèse pas On n'a pas cette culture de foot, on ne s'aime pas.”


Aux portes du bonheur il y a quelques jours, le RDC semble enlisé dans une tempête qui ne risque pas de s'arrêter.