La police londonienne a expliqué sur son compte twitter que des officiers de police étaient entrés dans la tribune des supporters visiteurs pour procéder à l'interpellation d'un fan accusé de "troubles graves à l'ordre public" pour avoir proféré des insultes racistes contre un steward.

"Alors que les officiers procédaient à l'arrestation, un désordre mineur a éclaté impliquant d'autres spectateurs", a ajouté la police, toujours sur Twitter. "L'ordre a été rapidement rétabli et aucun autre incident n'est à noter pour l'heure."

D'après les images de télévision, des coups ont été échangés, la police faisant usage de matraques pour repousser les éléments les plus violents, alors que la très grande majorité des centaines de supporters hongrois ne se sont intéressés qu'au match.

Après la rencontre, les deux sélectionneurs se sont montrés très prudents sur l'incident.

"C'est difficile pour moi de commenter, je n'en ai entendu parler que par les journalistes. Tant que je n'en sais pas plus, je préfère rester concentré sur le football", a balayé le coach des Three Lions Gareth Southgate.

Son homologue Marco Rossi a aussi préféré "ne pas commenter cette situation". "Ce n'est pas mon travail et tout ce que je dirais pourrait être mal interprété", a-t-il glissé.

Mais la Hongrie pourrait bien faire l'objet de nouvelles sanctions.

La fédération anglaise a annoncé sur Twitter qu'elle allait "mener une enquête et transmettre (les éléments sur) cet incident à la FIFA".

La fédération hongroise avait déjà écopé d'un match à huis clos et d'une amende par la Fifa à l'issue du match aller entre les deux équipes, remporté 4-0 par l'Angleterre et durant lequel des joueurs anglais avaient été visés par des cris racistes.