"Nous avons parlé avec le président (de la Fédération, ndlr) ces jours-ci, je pense que nous sommes alignés sur tout. On en reparlera dans les prochains jours... Pensons d'abord au match (amical contre la Turquie mardi, ndlr) et ensuite on raisonnera sur tout et on verra quelles sont les choses à améliorer", a-t-il souligné lors d'une conférence de presse en ligne.

Après le fiasco de la semaine dernière, le président de la Fédération Gabriele Gravina comme le capitaine de la Nazionale Giorgio Chiellini avaient plaidé pour que Mancini, qui a mené l'Italie au titre de championne d'Europe l'été dernier, continue sa mission commencée il y a quatre ans.

"Il faut repartir, commencer à penser de façon différente", a estimé Mancini, se projetant déjà à plusieurs reprises sur la nécessaire reconstruction de la Nazionale, écartée jeudi par la modeste Macédoine du nord (1-0).

Pourquoi resterait-il? "Je suis encore jeune, mon objectif est de gagner l'Euro et le Mondial, pour le Mondial cela a été renvoyé un peu, et mon travail me plaît encore", a détaillé le sélectionneur sous contrat jusqu'en 2026.

Tout en remerciant le soutien de ceux qui souhaitent le voir rester: "Cela me fait plaisir que le travail accompli depuis quatre ans soit apprécié. Il n'y a pas que la victoire à l'Euro, mais il y a aussi toute une série de matches sans défaite."

A ses côtés, le vice-capitaine azzurro Leonardo Bonucci a assuré que "continuer avec le sélectionneur est seulement dans la logique pour nous".

"Ce que nous a apporté le sélectionneur depuis plus de trois ans, c'est quelque chose d'unique. Il s'est créé une ambiance entre les joueurs, l'encadrement et les dirigeants comme cela c'était rarement vu à Coverciano (centre technique de l'Italie). Il nous a permis d'atteindre de grands objectifs", a ajouté le défenseur de la Juventus.

Bonucci, 34 ans, en a profité pour confirmer qu'il souhaitait continuer sa carrière internationale pour être "un guide" pour les plus jeunes. Il devrait devenir le nouveau capitaine après la probable retraite internationale de Giorgio Chiellini, 37 ans.

Bonucci en a profité pour s'excuser pour l'état dans lequel les joueurs italiens avaient laissé le vestiaire du stade de Palerme jeudi soir après leur élimination. Des photos avaient montré le vestiaire jonché de détritus en tous genres.

"C'était un moment de grande déception et nous n'avons pas fait attention à ces détails qui font la différence, on demande pardon pour l'erreur", a-t-il souligné.