"On va se blesser mais personne ne se soucie de nous." "Nous ne sommes pas des robots." "Ils ne se soucient pas des joueurs, seul l’argent compte." Les mots exprimés dimanche par Thibaut Courtois étaient déjà forts. Ils résonnent désormais encore davantage, au regard de nouvelles révélations concernant le calendrier pré-Coupe du monde 2022. Il est prévu que la plupart des championnats européens ne s’arrêteront qu’une semaine avant le coup d’envoi du tournoi au Qatar.

Les joueurs seront donc encore actifs le week-end des 12 et 13 novembre et ne rejoindront leur sélection que le lundi 14 novembre, alors que le match d’ouverture du Mondial est programmé le 21 novembre… Les différents sélectionneurs devront attendre le tout dernier moment pour compter sur leur groupe au complet alors que l’organisation de matchs de préparation semble complètement impossible. Il nous revient par ailleurs que l’UEFA a d’ores et déjà prévenu les différentes sélections, dont la Belgique.

Si les grands championnats européens auraient déjà acté la suspension de leur compétition au soir du 13 novembre, aucune décision n’a pour le moment été prise du côté de la Pro League. "Il n’y a encore rien de définitif", confie Nils Van Brantegem, le manager des calendriers qui n’a pas non plus tranché pour la date de reprise (potentiellement le premier week-end de janvier). "Il faut tenir compte des différentes données du championnat et se rendre compte des conséquences que cela aura."

Si la saison s’achève tard, les vacances des joueurs seront raccourcies. "Car la saison suivante, 2023-2024, débutera tôt puisqu’elle devra aussi s’achever plus tôt à cause de l’Euro 2024. Il faut aussi se rendre compte que cette saison 2022-2023 sera primordiale pour le football belge et les tickets européens. On jouera en effet pour le classement UEFA de la saison 2024-2025 et donc l’entrée en vigueur de la réforme de la Ligue des champions. Réaliser ce calendrier entrecoupé par le Mondial 2022 sera donc un vrai casse-tête. Nos décisions auront des conséquences…"