L'entraîneur du Real Madri, se plaint d'une "campagne" dirigée contre lui, dans une interview au journal espagnol El Mundo


MADRID "Contrairement à d'autres championnats où j'ai entraîné, ici je sens comme une campagne contre moi. L'autre jour, un ami m'a fait remarquer qu'avec toutes les pierres que l'on me jette, on pourrait construire un monument", a estimé "The Special One" dans son style caractéristique. "Il y a aujourd'hui peu de gens qui ont comme principe fondamental la vérité, la non-hypocrisie (...) Moi, je peux me tromper, mais je dirai toujours ce que je pense, ce que je sens, sans craindre les conséquences. Beaucoup de gens ne le pardonnent pas".

Il fait là une allusion à peine voilée aux événements survenus à la fin du match retour de la Supercoupe d'Espagne gagnée par le Barça contre le Real (2-2, 3-2) et à la polémique qui s'en était suivie. Le Portugais avait en effet profité des échauffourées finales entre les deux camps pour mettre son doigt dans l'oeil de l'entraîneur adjoint du Barça, Tito Vilanova. Face à la polémique déclenchée par ce geste antisportif, le Real Madrid s'était défendu, arguant dans un communiqué de "provocations et d'insultes" préalables du Barça.

Mourinho est aussi revenu sur le recrutement du Real cette saison. "Sahin et Altintop n'ont pour l'instant rien montré. Varane (18 ans) a peut-être l'âge de jouer en troisième division mais il possède de magnifiques aptitudes, et je le considère comme une option présente, pas seulement future..."

© La Dernière Heure 2011