Le Français a largement contribué à la victoire des siens à Ostende.

Lors de la conférence de presse d’avant-match à Ostende, Mircea Rednic avait déploré le fait que Logan Bailly, celui qui doit être normalement le gardien n°1 de l’Excel Mouscron, ne soit pas encore prêt. Des propos qui étaient renforcés par la dernière sortie amicale des Hurlus lors de la préparation.

Jean Butez, le deuxième portier, ne s’était pas montré particulièrement serein, notamment à cause d’une savonnette qui s’est transformée en but pour Malines. "C’était malheureux", explique-t-il. "Des erreurs, il y en aura toujours dans le football. Et puis, il vaut mieux les faire lors de la préparation plutôt qu’en championnat. Je n’ai jamais douté."

Ce dimanche , à Ostende, Jean Butez, arrivé en prêt de Lille cet été, a montré à Mircea Rednic qu’il pouvait compter sur lui. Malgré quelques relances hésitantes en début de match, il est monté en puissance. "Au fil des minutes, j’ai senti la confiance s’installer." Son arrêt en première période face à Knowledge Musona a été déterminant. Ensuite, Jean Butez a fait le job. Et plutôt bien même. Preuve de sa confiance, il a été capter un coup de coin d’une seule main.

Ce constat sur la prestation personnelle de Jean Butez peut être transposé à l’ensemble des Mouscronnois qui ont été prendre trois points aussi précieux qu’inespérés. "L’équipe était bien en place, comme le coach nous l’avait demandé. Après vingt minutes de jeu, nous avions compris que nous allions pouvoir faire quelque chose de bien ici. J’ai été agréablement surpris par le niveau de notre équipe. Nous avons su nous créer des occasions et nous avons été récompensés par ce but et ces trois points. C’est un bel exploit."

Jean Butez veut regarder devant lui. Si avant le début de la rencontre il avait la pression d’avoir Logan Bailly qui cravache pour revenir à son meilleur niveau, aujourd’hui c’est lui qui a mis la pression sur l’ancien gardien de Genk. "Je ne m’occupe que de moi, je ne regarde pas à ce que fait Logan. Je prends les minutes que l’on me donne. Je dois continuer à travailler de la sorte et à gagner des points pour m’imposer comme numéro 1. Je ne considère pas qu’il y a un gardien plus titulaire qu’un autre. Il faut travailler et montrer ce que l’on vaut sur le terrain."

À Ostende, Jean Butez a démontré à Mircea Rednic qu’il pouvait lui faire confiance et encore le laisser dans les buts samedi pour la réception de Charleroi.