Après s'être blessé à Anderlecht, Bob Cousin revient dans la course pour l'opération sauvetage

MOUSCRON Depuis son arrivée au Canonnier en provenance d'Ostende, en juin dernier, Bob Cousin n'a pas encore eu l'occasion d'étaler toutes ses qualités au grand jour. Pourtant, lors de ses quelques rares apparitions, l'ancien joueur de Lille n'avait pas démérité, que du contraire. Face au Cercle Bruges et face à Mons, le médian de poche s'était même illustré en offrant un assist à son ancien coéquipier d'Ostende, Alexandre Lecomte. Mais après une titularisation au Brussels qui s'était soldée par une défaite, Bob Cousin avait retrouvé une place sur le banc des remplaçants. Au début du second tour, lors du déplacement à Anderlecht, il avait reçu l'opportunité d'entrer au jeu après la pause mais la malchance était au rendez-vous.

«À Anderlecht, je suis monté au jeu à la 70e , explique Bob Cousin. Malheureusement, après quelques secondes, lors d'un contact avec Tihinen, je me suis blessé à la cheville et je n'ai pas pu apporter grand-chose à mon équipe. Au- jourd'hui, ma cheville va beaucoup mieux même si je ressens encore quelques petites douleurs.»

«Je n'ai pas encore eu l'occasion de jouer à ma place de prédilection»

Tellement mieux qu'à l'heure actuelle, après les départs de Grégoire et de Soumare et la blessure de Martic, Bob Cousin représente une alternative de choix sur le flanc gauche mouscronnois.

«Depuis que je suis à Mouscron, je n'ai pas encore eu l'occasion de jouer à ma place de prédilection, sur le flanc gauche dans un 4-4-2 classique. À chaque fois que je suis monté (NdlR: 7 apparitions pour un total de 379 minutes), c'était dans un rôle plus axial ou ma vitesse et ma capacité à rentrer dans le jeu ne sont pas spécialement intéressantes. Je crois qu'en occupant une place plus excentrée sur le terrain, mon apport serait nettement plus sensible mais ce n'est pas à moi de parler de ça. Ce sont les prérogatives du coach et je n'ai pas à me mêler de ses choix. Je suis ici pour jouer et quand il fera appel à moi, je serais présent.»

Comme la plupart de ses coéquipiers, Bobby, comme on le surnomme du côté de la rue du Stade, sait que le match de ce soir sera d'une importance considérable pour la suite de la saison, mais aussi pour l'avenir de l' Excel.

«Il est temps de prouver que nous sommes capables de réaliser de belles choses avec cette équipe, assure-t-il. Nous possédons un noyau qui regorge de qualités, mais il ne faut pas être aveugles et constater qu'au niveau de la réussite, nous ne sommes pas gâtés. Mais ce n'est pas une excuse. Ce samedi, nous jouons à domicile et il faudra impérativement gagner. En ce qui me concerne, si le coach me fait confiance, je mettrai toutes mes qualités au service de l'équipe pour que nous puissions sortir de la zone rouge le plus rapidement possible et offrir un bon spectacle à nos fidèles supporters.»

© Les Sports 2005