Ce mercredi, la forteresse est tombée. Après 37 victoires sans défaite, l'Italie est tombée de son piédestal face à l'Espagne (1-2). Plusieurs joueurs ont passé une soirée difficile à San Siro. A commencé par Leonardo Bonucci. Pour contestation et une faute stupide, l'expérimenté défenseur de la Juve a été exclu peu avant la mi-temps. Ce fait de jeu a solidement compliqué la tâche de la Squadra qui était déjà menée d'un but à ce moment précis.

Un autre joueur se souviendra longtemps de cette demi-finale de Ligue des Nations: Gigi Donnarumma. Sportivement, le gardien de la Juve a failli se trouer en première période mais le poteau, et Bonucci, sont venus le sauver après une grosse savonnette.


Hors terrain, son calvaire a commencé bien plus tôt. Avant la rencontre, les supporters avaient déjà brandi une banderole pour le moins explicite: "Donnarumma, tu ne seras plus jamais le bienvenu à Milan. Homme de merde".

Sa soirée cauchemardesque s'est poursuivie dès le début de la rencontre. Les fervents supporters italiens n'ont pas hésité à siffler le récent meilleur joueur de l'Euro à chaque touche de balle.

La raison? Le gardien a changé de crèmerie cet été pour rejoindre les rangs du PSG. Selon les rumeurs, c'est son agent Mino Raiola qui l'a poussé dans ce sens. Le but étant de privilégier l'argent et un meilleur contrat plutôt que de continuer à jouer pour le club de son coeur. Ce qui a notamment poussé les supporters de l'AC Milan a surnommé le gamin de la ville Dollarumma.

Pour le gardien de 22 ans, la pression était trop forte. Après la défaite, il n'a pu retenir ses larmes. Sur Twitter, Donnarumma a voulu réagir avec simplicité après ce coup dur: "Ça ne s'est pas passé comme nous le voulions, mais nous avons fait de notre mieux. L'esprit et l'engagement sont ceux qui nous accompagnent toujours lorsque nous portons les couleurs de notre pays. La tête haute vers les prochains objectifs."