Arrivé vers 19h00 après avoir célébré, dimanche, son cinquième sacre en C1 à Madrid, "KB9" a pris ses quartiers dans le centre d'entraînement des Yvelines sans ses coéquipiers, qui étaient en plein entraînement à cette heure-là mais n'allaient pas tarder à le retrouver pour le féliciter après cette 5e C1.

Durant la semaine, réservée à la Ligue des nations, l'attaquant madrilène recevra peut-être aussi quelques explications de la part de Mbappé, avec qui il a formé, chez les Bleus, un duo dévastateur cette saison.

Car la décision de "Kyky" de repousser les avances du Real pour prolonger au PSG jusqu'en 2025, après de longues hésitations, a rebattu les cartes d'une relation jusqu'ici au beau fixe.

Le Madrilène, comme plusieurs de ses équipiers madrilènes, a en effet réagi au "non-transfert du siècle" en rappelant son attachement au Real, publiant sur Instagram une photo de son doigt pointé en direction du logo de son équipe.

Une deuxième image, beaucoup plus commentée, mettait en scène le défunt rappeur Tupac Shakur aux côtés d'un de ses amis soupçonné d'être lié à son assassinat... Suffisant pour que la presse espagnole y voit une pique adressée au Parisien sur une supposée trahison.

"Je lui expliquerai"

"Quand on va se voir, bien sûr qu'on va en discuter. Il va me demander pourquoi, et je le lui expliquerai. Je sais qu'il voulait que je vienne, je lui expliquerai le pourquoi du comment", a assuré Mbappé dans un entretien à plusieurs médias dont l'AFP le 23 mai, reconnaissant qu'il n'avait "pas échangé" avec Benzema sur son avenir.

"Les gens se disaient qu'en sélection on parlait du Real, mais non, on ne parlait que du repas du soir", a ajouté le jeune Français de 23 ans, repoussant l'hypothèse d'une réflexion menée en lien étroit avec son coéquipier sous le maillot bleu.

Benzema aussi a joué la carte de l'apaisement avec son complice de l'attaque des Bleus, dimanche dans l'émission Téléfoot.

"J'aurais aimé qu'il puisse réaliser son rêve de jouer au Real Madrid, en étant ensemble. Il a choisi le PSG, il faut respecter", a assuré le N.19 des Bleus, affirmant qu'il "prendra plaisir" à jouer avec Mbappé en sélection. "On est des bons potes, ça n'aura pas de conséquences sur notre relation".

14 buts à eux deux

Quant à la photo de Tupac, "ce n'est pas une histoire de trahison d'untel, untel ou untel. Si on regarde mon Instagram, j'ai 10 ou 15 photos de Tupac, qui est mon (artiste) préféré. Cela n'a rien à voir avec le football", a-t-il évacué dans l'émission espagnole El Chiringuito.

Les deux hommes forts de l'attaque tricolore vont donc devoir se satisfaire d'une association limitée aux rares rassemblements internationaux ces prochains mois, sous l'oeil attentif du sélectionneur Didier Deschamps, pour qui "l'essentiel est l'unité du groupe".

"De ma position de sélectionneur, j'ai les joueurs en direct et je sais de A à Z ce qu'il se passe", a assuré le technicien basque. "De chaque situation, on peut tous tirer des conclusions qui n'auraient pas lieu d'être, car dans la plupart des cas c'est plus souvent une maladresse, un malentendu ou une interprétation qui ne reflètent pas la réalité."

Alors que Mbappé a été perçu, de source proche du groupe France, comme "un facilitateur" du retour de Benzema l'an dernier en sélection après cinq ans d'absence, le rassemblement de juin, avec quatre matches au programme, permettra de mesurer à nouveau la complémentarité des deux hommes sur le terrain.

Car avec 14 buts inscrits à eux deux sur les 26 des Bleus cette saison, Benzema et Mbappé paraissent incontournables sur la route du Mondial au Qatar