"Nous aimerions continuer ainsi jusqu'en décembre 2022", date de la Coupe du monde au Qatar, a souri mardi en conférence de presse Roberto Mancini, le sélectionneur italien. L'Italie affronte l'Espagne mercredi à Milan dans la première demi-finale de la Ligue des Nations. "Nous voulons toujours gagner", a déclaré Mancini, pas rassasié par la conquête de l'Euro. "Nous savons que ça dépendra de nous." Son homologue espagnol Luis Enrique a déclaré que la série d'invincibilité italienne s'arrêtera bien un jour. "Il a raison. Tôt ou tard, ça arrivera. Nous aimerions continuer ainsi jusqu'en décembre 2022, mais nous savons que ce ne sera pas simple."

L'Italie peut donc ajouter un deuxième trophée en quelques mois avec la Ligue des Nations, dont elle dispute le 'Final Four' à domicile. "C'est une compétition importante. C'est clair qu'elle arrive après un Championnat d'Europe et cela semble être deux matchs comme ça, la préparer en si peu de temps n'est pas simple non plus, mais ce sont deux matchs entre les quatre meilleures équipes d'Europe et nous voulons nous améliorer, c'est sûr", a expliqué Mancini.

Comme lors de l'Euro, les 'Azzurri' trouvent sur la route qui les mène à la finale l'Espagne. A Wembley, les Italiens l'avaient emporté aux tirs au but après avoir été bousculés par la 'Roja'. "Nous avions souffert dans ce match, c'était une demi-finale et l'Espagne nous avait mis en difficulté au niveau de la possession. Ils jouent ainsi depuis 20 ans et sont en avance sur nous à ce niveau", a reconnu le 'CT' italien. "Nous devons progresser sur cette situation de jeu, être plus rapides. Nous devons progresser, nous avons aussi des jeunes joueurs qui doivent jouer des matchs importants. Nous avons 14 mois importants et nous devons jouer toujours mieux, en étant offensifs et équilibrés."

Pour ce 'Final Four', Mancini doit se passer des attaquants Ciro Immobile et Andrea Belotti. Ce qui signifie que l'Italie pourrait débuter avec un 'faux-9'. "Nous avons un peu de problèmes, il nous manque les deux avants-centres de l'Euro. Nous avons Kean et Raspadori et plein de joueurs offensifs. Il y a la possibilité de mettre Insigne et Bernardeschi, qui l'ont déjà fait dans le passé", a indiqué Mancini.