Le Mondial russe se profile doucement mais sûrement à l'horizon. Dans trois mois, les Diables rouges entameront leur préparation avant de prendre la direction de leur camp de base à Moscou. Avec ou sans Radja Nainggolan ? Le principal intéressé en rêve.

Marouane Fellaini, Axel Witsel, Kevin De Bruyne, Mousa Dembélé, Youri Tielemans. Voici quelques-uns des concurrents du Ninja pour une place dans la sélection de Roberto Martinez en vue du grand rendez-vous du ballon rond. Si la place de certains est garantie, il n'en va pas de même pour d'autres. A commencer par le médian romain qui se voit bien évoluer "dans les deux milieux axiaux au cœur d'un 3-4-2-1", comme il le révèle dans une longue interview accordée à nos confrères de Sport/Voetbal Magazine

"C'est ma meilleur position mais le plus important est de faire partie de la sélection, ce que je mérite au vu de mes prestations sur les dernières années."

Interrogé ensuite sur son attitude dans le groupe des Diables rouges, décrite par certains comme problématique aux yeux de Roberto Martinez, l'Anversois dément être un perturbateur. "Je m'entends bien avec tout le monde, vous n'avez qu'à leur demander. Ils viennent même me rendre visite à Rome."

S'il tient à souligner l'absence de tout problème avec le sélectionneur fédéral, l'un des joueurs les plus populaires auprès des supporters de La Louve concède qu'il devrait peut être redorer son blason auprès du coach. "Parfois il faut accepter que certains choix soient posés, même si vous n'êtes pas d'accord avec."

Doit-il changer son comportement pour autant ? Le principal intéressé n'y est pas favorable. "Je ferai exactement les mêmes choix" argumente-t-il. "Je vis de la manière dont je pense devoir vivre. Si je dois être un exemple sur le terrain, ce n'est pas le cas en dehors."

Et de conclure sur la déception que serait une non-participation à la prochaine Coupe du monde. Outre gagner un trophée avec l'AS Rome, son club de cœur, "il me manque une chose: une participation à la Coupe du monde. De préférence celle qui arrive. Si je n'y suis pas, je trouverai ça très grave."