Dix-sept avertissements, cinq exclusions : jamais le classique français n’avait été aussi volcanique que ce dimanche. Avec dans les rôles principaux de cette foire d’empoigne Neymar et Alvaro.

Tout a commencé en première période quand le défenseur marseillais a livré un gros duel à Angel Di Maria qui lui aurait craché dessus, Neymar venant mettre son grain de sel, écopant pour la peine d’un jaune, comme l’Espagnol.

La situation a dégénéré dans le temps additionnel : un accrochage entre Dario Benedetto et Leandro Paredes a mis le feu aux poudres. Les deux hommes ont vu rouge. Comme Jordan Amavi et Layvin Kurzawa qui en sont venus aux mains avant que Neymar soit exclu après intervention du VAR qui avait vu le petit coup que le crack avait asséné derrière la tête d’Alvaro.

Ce que le Brésilien n’a pas vraiment apprécié, se justifiant ensuite sur Twitter avec des accusations aussi graves que son geste était stupide : "Je regrette de ne pas avoir frappé la face de ce débile" , y a écrit le joueur, enchaînant ensuite : "Que le VAR sanctionne mon agression, c’est facile, maintenant je veux voir l’image du raciste qui me traite d’enc… de singe ! Je veux voir."


Le match s’est poursuivi sur le réseau social. Alvaro a gazouillé à son tour : "Il n’existe aucune place pour le racisme. Carrière propre et avec beaucoup de coéquipiers et d’amis au quotidien. Il faut parfois apprendre à perdre et l’assumer sur le terrain" , a lancé l’Espagnol. Reprise de volée du Brésilien : "Tu n’es pas un homme qui assume son erreur, perdre fait partie du sport. Maintenant, insulter et introduire le racisme dans nos vies, non, je ne suis pas d’accord", a rétorqué Ney usant ensuite des lettres capitales : "Je ne te respecte pas, tu n’as aucun caractère. Assume ce que tu dis mon frère… Sois un homme ! Raciste."

La LFP a déjà fait savoir qu’elle se pencherait sur ce classique électrique ce mercredi. Et les sanctions pourraient être très lourdes : selon les barèmes français, Di Maria risque jusqu’à six matchs pour son crachat, Neymar entre quatre et sept matchs et Alvaro dix…