Le médian français doit se résoudre à se faire opérer prochainement

MONS Les Dragons se trouvaient dans une drôle de situation dimanche soir, sur le coup de 19 h 45. La plupart des acteurs hésitaient entre frustration et soulagement d'être revenu à la marque dans les derniers instants, chose qu'ils ont plus souvent subie que réussi.

"Quand tu reviens à la 88e minute, face à une équipe comme le Standard, comme on l'avait fait contre Genk, tu es forcément content, avoue Benjamin Nicaise. Le Standard ne nous a pas bousculés comme il aurait dû. On les a peut-être surpris..."

Les Liégeois ne s'attendaient certainement pas à subir la domination malheureusement stérile des Montois. "Quand j'ai vu les occasions galvaudées, je me suis dit que ce n'était pas bon signe ! C'est la différence entre une équipe qui est en tête et une autre de la colonne de droite. Les Liégeois ont peut-être eu trois opportunités. Nous six ou sept et on marque sur l'occasion la moins franche, même si le but est beau. Le réalisme, c'est ce qu'il manque à cette équipe depuis toujours. Quand je suis arrivé, c'était déjà un problème et si on a réussi un tel second tour, c'est uniquement parce qu'on marquait facilement. Dans le jeu, on n'a rien à envier au Standard, qui m'a semblé fatigué."

Fatigué, François Zoko ne l'était pas et cela ravit Benjamin, un ami de longue date.

"François est capable de tout et il ne lui manque qu'une chose : enchaîner trois matchs avec des buts. Ensuite, je peux vous dire qu'on verra un autre Zoko. J'aime les mecs qui se battent."

Le médian français fait partie de ceux-là et malheureusement, il devra bientôt s'effacer. C'est que sa pubalgie devient doucement insupportable.

"Je suis justement à Paris où j'ai pris un second avis. L'opération est inévitable et je ne pourrai plus tirer qu'une semaine ou deux. Sans les anti-inflammatoires, cela devient difficile à supporter."

S'il jouera peut-être son dernier match de l'année à Gand, Benja n'en perd pas son sens de l'humour.

"La pubalgie est devenue une blessure courante mais j'aurais aimé, pour une fois, ne pas suivre la mode."

Sa future absence sera d'autant plus préjudiciable que son compère Hocine Ragued s'envolera pour la Can du 20 janvier au 10 février. Le transfert d'un médian défensif semble impératif.



© La Dernière Heure 2007