"15, 18 ou 20 points à la trêve : on verra. Le maximum", espère Pister

MONS "Il ne faut pas hésiter. Marquez. Tuez. Prenez votre chance."

Au bord du terrain d'entraînement du stade Tondreau, Thierry Pister et Rudy Cossey s'égosillent. Ils continuent à enfoncer le clou du réalisme offensif, la plus grosse carence constatée lors de ces derniers matches chez les Dragons .

"Quand j'analyse les images des matches de D1 et de D2 et que je constate le nombre de buts inscrits sur des ballons déviés, je ne peux qu'insister pour que nous tentions notre chance au but lorsque nous sommes en position de le faire , insiste Thierry Pister. Ces buts seraient peut-être chanceux mais ils rapportent autant. Inutile de vouloir aller avec le ballon derrière la ligne de but. En neuf matches sous ma coupe, nous avons encaissé neuf buts (NdlR : il y a eu cinq pour le seul match de Saint-Jean à Gand). Sur cette période, nous présentons donc la 3e défense de D1. Il est temps, désormais, de soigner l'organisation offensive. Évoluer avec plus d'éléments à vocation offensive que contre le GB ou Lokeren, on ne sait pas. Donc, nous devons jouer plus en avant."

S'il peut déjà compter sur le retour en grâce de Roussel, le T1 montois, grâce au retour des blessés, pourrait aussi utiliser, pour parvenir à ses fins, le précieux Brahami dans un rôle plus offensif. A-t-il fixé un objectif chiffré précis aux Dragons d'ici à la trêve ? "Non. 15, 18 ou 20 points : le maximum possible. Je ne vois pas plus loin que les trois matches à venir contre Mouscron, le Lierse, même si la Coupe n'est pas un objectif, et Malines. Ces adversaires ne sont pas plus forts, ou alors pas de beaucoup, que nous et c'est peut-être le bon moment pour prendre Mouscron. Mon groupe mériterait de se situer entre la 8e et la 12e place mais les points mérités qui ont été galvaudés sont fictifs. Il faudra donc les récupérer."

Le championnat risquant de subir une profonde mue en janvier car de nombreux clubs joueront de l'import-export de joueurs pour éviter d'être dans les quatre malheureux de fin de saison, Mons lorgne-t-il déjà vers janvier ? "C'est loin. On verra la ligne directrice du président à ce moment-là, mais ce groupe-ci est capable de se maintenir. Ce qui ne nous empêche pas d'avoir déjà effectué un travail préparatoire de recrutement potentiel qui servira en janvier ou en juin. Et on donnera une liste de ceux qui peuvent partir."



© La Dernière Heure 2008