Pas de panique chez les Brabançons malgré le maigre bilan sportif

TUBIZE Quatre petits points et une position de lanterne rouge. Tubize, jusqu'ici, ne parvient pas à déjouer les pronostics d'avant-saison. Malgré ce bilan, la pression ne semble pas peser sur un noyau au sein duquel l'ambiance reste excellente. "Ce qui doit être fait est fait."

Tel est le constat du T2 Felice Mazzu. Et cet avis semble partagé à tous les étages du club. "Ce n'est pas pour autant un avis d'impuissance" , reprend l'ex-entraîneur du Léo Uccle et du RCS Brainois. "On travaille pour corriger les erreurs qui ne doivent plus se répéter. Pour le reste, on a prouvé, encore contre Genk, qu'on pouvait tenir tête à pas mal d'équipes. Le comité en est conscient et il semble donc inutile de mettre une pression supplémentaire sur les épaules des joueurs. Surtout qu'Albert Cartier fait déjà ce qu'il faut à ce niveau-là. Actuellement, personne ne semble mieux placé que lui pour sauver l'AFC Tubize."

Pour encore pouvoir croire au maintien, novembre devra être fructueux pour les Sang et Or. Après le déplacement à Roulers, les rencontres face au Cercle, Charleroi et Courtrai doivent permettre aux joueurs d'Albert Cartier d'enfin enchaîner quelques résultats positifs. "Oui, ces matches seront très importants. Mais pas encore décisifs", ajoute Felice Mazzu. "Imaginons que nous restions calés à 4 unités, il faudra voir combien de points auront engrangé nos adversaires à ce moment-là. L'important est avant tout de ne pas être distancé."

Mise sur pied sur le tard, la formation tubizienne semble toujours courir après le temps perdu, comme en témoignent des erreurs à répétition qui ont déjà coûté de gros points. "Si la préparation nous a permis de travailler sur le physique, nous n'avons pas pu beaucoup avancer sur le plan footballistique et tactique puisqu'on ne savait pas encore avec quel noyau on allait débuter. Cela n'a pas été sans incidence sur la suite."



© La Dernière Heure 2008