Les Dragons d'Alain Lommers se montrent-ils trop prudents ces derniers temps ?


MONS Quand on est dirigeant de club et qu'on vit une partie comme celle de samedi à la Chaussée du Lisp, on n'en sort pas avec la plus grande des satisfactions. Alain Lommers, comme beaucoup d'au-tres, ne fera pourtant pas la fine bouche vu les circonstances.

"Au pire, on peut être satisfait de ce petit point" , avance le directeur général de l'Albert. "Surtout que la fin du match, on l'a de nouveau passée dans notre rectangle. Je ne sais pas pourquoi on a tellement de difficultés à finir les rencontres mais de l'avis général, c'est l'ensemble du match qui était mauvais."

Chaque point comptera à l'issue du championnat mais il ne faudrait pas regretter d'avoir laissé filer des unités précieuses par manque de conviction. "Cédric Berthelin a été le meilleur homme sur le terrain et la défense a l'air de tenir le coup mais il manque quelque chose pour aller de l'avant. Si Wamberto marque en fin de première période, on voit un autre match mais cela n'a pas été le cas. Quand on rencontre des adversaires comme Zulte-Waregem ou le Lierse, je me demande dans quelle mesure on ne doit quand même pas prendre le match en main. Mais on ne le prend pas ce risque."

Pas question toutefois de s'alarmer du côté de la direction et de partir vers un nouveau mercato de folie. "Parce que même quand on jouait bien, on savait où il restait des problèmes. Il faut réinstaller une certaine confiance dans l'équipe car il y a des joueurs talentueux mais ils ne sont pas en forme ou font les mauvais choix par individualisme. Pourquoi certains étaient-ils si peu actifs samedi soir ? Je ne connais pas la réponse mais ce que j'ai vu, c'est qu'on n'a pas joué à onze en équipe."

Il convient donc de faire mieux et les plus négatifs diront que ce n'est pas difficile. "On aurait sans doute été plus à l'aise dimanche prochain si on avait fait le plein face à Zulte ou au Lierse mais on ne l'a pas fait. De ce fait, le Standard devient une équipe comme les autres contre qui on doit prendre des points. On reste sur un bilan de deux points sur douze, et c'est évident que ce n'est pas brillant. Il faut donc relever la tête et c'est tant mieux si c'est face à une équipe prestigieuse comme celle qu'on va rencontrer. Nos relations sont très bonnes avec le Standard mais ce match est quand même catalogué à hauts risques. Je ne suis pas trop inquiet sur la manière de s'organiser avant et pendant le match mais si je m'interroge, c'est sur l'après-match. Vu qu'on joue à 18 h, on a dû prévoir le repas de nos VIP à 20 h. Et on n'est pas loin des 600 réservations."

Soit autant de personnes, comme les autres supporters, qui attendront de voir une équipe conquérante et solidaire comme elle avait pu l'être face au puissant Club Brugeois.



© La Dernière Heure 2006