Ibrahim Babatunde veut pourtant montrer qu'il a sa place à Mons

MONS Voilà bien longtemps qu'Ibrahim Babatunde n'a plus entamé une rencontre. Mais ce soir, sur la pelouse ostendaise, c'est bien lui qui sera à la pointe de l'attaque montoise. L'attaquant nigérian est encore jeune (il n'a que 21 ans), et Jos Daerden n'a pas voulu le faire gamberger: «Je suis certain de commencer ce match car le coach me l'a annoncé. J'ai besoin d'aborder cette partie avec confiance, et c'était sans doute préférable que je sois fixé très vite. Il m'a donc prévenu.»

Arrivé au mercato estival sous Brio, le garçon a commencé six matches sous Brio, et un seul avec Daerden: «C'était face au GBA quand nous avions été battus 0-1. J'ai marqué deux buts aussi. En fait, je n'ai commencé qu'une fois depuis que Nicolas Goussé est arrivé.»

Baba ne considère pourtant pas l'ancien Guigampais comme un concurrent. Pour lui, c'est plutôt Datti qu'il doit déloger. Un joueur qu'il connaissait de l'Italie à l'époque où lui jouait à Parme et Aliyu à Milan: «Je me sens bien mais ce n'est pas toujours facile car le coach a élaboré un système avec Datti. Moi, je n'ai pas les mêmes qualités que lui. Je dois donc m'adapter. Je ne discute pas car M.Daerden est un bon coach. J'aime ses entraînements.»

Il est pourtant convaincu que sans cette blessure aux ischios de Datti, il n'aurait pas commencé: «Je le sais. Il y a quatre attaquants dans le groupe. Deux sur le terrain et un sur le banc. C'est comme ça... Mais j'ai toujours confiance en moi.»

L'occasion s'offre donc à lui de montrer ses qualités dans un match très important. Mons n'avait gagné qu'une fois au premier tour, et c'était face au même adversaire: «Je ne m'en souviens plus. Mais maintenant que je reviens dans l'équipe, mon but est d'y rester.»

Et ce qui est peut-être une chance pour lui, c'est qu'il rentre dans une équipe qui tourne bien. Et où l'ambiance est excellente: «Tous les joueurs sont sympas, ils me parlent gentiment. Ce n'est pas comme avant où tout le monde faisait ce qu'il voulait. Et n'allez pas croire que ce sont les bons résultats qui ont amélioré nos rapports entre nous. Déjà en stage, on a pu se rendre compte qu'on allait former un vrai groupe.»

Libre en juin

L'avenir constitue une grande incertitude pour ce garçon qui aimerait être appelé un jour en équipe nationale nigériane mais qui sait qu'il ne peut pas l'ambitionner avec un temps de jeu aussi faible: «Je ne peux pas tirer un bilan positif vu que je ne joue pas assez. Mais je me plais très bien à Mons. Je serai libre au mois de juin, mais si le club se maintient en D 1 et que le staff me propose de continuer, ça sera avec plaisir.»

Il faudra pour cela qu'il montre toute l'étendue de son talent et qu'il saisisse des chances comme celle qu'il a aujourd'hui.

© Les Sports 2005