Alessandro Cordaro garde le moral, malgré tout...

MONS On s'attendait à le voir disparaître de la circulation avec l'arrivée massive de nouveaux joueurs, mais Alessandro Cordaro est toujours là.

Bien sûr, il doit patienter pour le moment sur le banc mais à son âge, certains n'ont pas cette chance: «Tout se passe bien pour moi. Ce n'est pas parce que je ne joue plus que je n'ai pas le moral. D'accord, ça a été un peu difficile au début mais je comprends très bien la situation. Les nouveaux doivent montrer ce qu'ils valent et c'est en jouant qu'ils peuvent y arriver. Je commence à connaître la concurrence.»

Le match aller rappelle forcément de bons souvenirs au jeune garçon, et pas seulement parce que Mons avait gagné: «C'était mes premières minutes sur le terrain cette année. J'étais monté à cinq minutes de la fin. Le match de ce samedi sera très très important, mais aussi très difficile. Malgré les résultats des deux équipes dernièrement, il ne faudra pas aller là-bas avec la certitude qu'on va gagner. Pourtant, tactiquement, je pense qu'il faudra procéder comme ces dernières semaines. Presser haut et faire le jeu.»

L'enjeu du match est simple pour le jeune Louviérois: «Si on gagne, on ne devra plus penser à eux.»

Le départ de Duez et de Pepe aux Francs Borains aurait pu jeter le trouble dans la tête de celui qui reste maintenant le seul gamin de la bande: «Il y a Olivier Werner avec qui je peux parler. Mais lorsque j'ai un doute, je sais que je ne dois pas le garder pour moi. Je vais en parler à Olivier Suray ou à Ivan Willockx. C'est à eux que je me confie quand j'ai besoin de savoir quelque chose.»

Pas une seule seconde, il n'a eu l'envie de partir comme le reste de la bande. Peut-être déjà parce que, par rapport aux autres, il avait bénéficié d'un temps de jeu plus important: «Partir ? Non, parce que le coach m'a parlé et m'a fait comprendre qu'il voulait que je fasse partie de son groupe. À partir de là, je n'avais aucune raison de m'en aller. Et mon objectif à court terme, c'est de retrouver une place de titulaire.»

Même s'il sait qu'à son poste, sur l'aile droite, il y a un certain Jean-Pierre La Placa, chouchou du public qui y joue: «Aucun problème pour moi. Au contraire, ça me donne deux fois l'envie de revenir.»

© Les Sports 2005