Nos voisins néerlandais traversent en ce moment une crise avec leur équipe nationale.

Les Pays-Bas, cette grande nation du football, sont en crise et ce n’est pas le dernier résultat face à la France où ils ont été balayés 4-0 qui va prétendre le contraire. Le contraste était d’ailleurs saisissant entre une équipe de France jeune, douée, pétillante et pleine d’avenir et des Néerlandais amoindris, vieillissants et surclassés dans tous les domaines.

Que se passe-t-il au royaume des Pays-Bas pour que cette grande patrie du ballon rond en soit arrivée au point de se demander s’ils parviendront à arracher mais non pas la qualification mais une place de barragiste pour la prochaine Coupe du Monde. Évidemment, il y a un creux générationnel. Les Sneijder, Van der Vaart, Van Persie, Robben et consorts étaient des joueurs d’exception. Parvenir à les remplacer se révèle être un cauchemar. La Coupe du Monde 2014 n’était finalement qu’un leurre pour les Oranjes qui, portés par le talent de Robben et les coups tactiques de Van Gaal, avaient réussi à monter sur la troisième marche du podium.

Pire que le manque de talent, les Pays-Bas ont donné l’impression ces derniers mois d’avoir perdu ce fameux Dutch Flair. Ceci consiste en la transformation pour une période limitée dans un match de la manière de jouer des Pays-Bas. Par exemple, en 2014, l’Espagne a été balayée grâce au Dutch Flair. En l’espace de quelques minutes, plus rien ni personne ne peut se mettre sur la route des Bataves, comme s’ils étaient touchés par la grâce divine. À l’Euro 2008, nos voisins du nord avaient étrillé la France 4-1 avec des déferlantes venues de toute part.

Comment ne pas penser non plus à la 2e mi-temps du quart de finale de la Coupe du Monde 2010 face au Brésil. En Afrique du Sud, les coéquipiers de Sneijder avaient renversé la tendance alors que la rencontre semblait pliée. Ce qui est tracassant, c’est que ce moment de génie semble avoir quitté les Pays-Bas. Sans idée, sans relief, sans repère, les hommes de Dick Advocaat filent peut-être vers une deuxième compétition internationale manquée.

Pour le moment, les Pays-Bas pointent à la 4e place du groupe A, à seulement 3 points de la 2e position. Le calendrier est le suivant : la Bulgarie à domicile, le Belarus en déplacement avant d’accueillir la Suède pour un dernier match qui s’annonce passionnant. La route vers la Russie s’annonce longue et éprouvante. Rien de tel qu’un petit coup de Dutch Flair pour sauver une situation périlleuse mais les Pays-bas en sont-ils encore capables ? Rien n’est moins sûr.